Wapiti

Le wapiti (Cervus elaphus) est le deuxième plus grand cervidé (après l'orignal) et le plus évolué de l'Ancien Monde (voirCERF). Il est aussi connu sous le nom d'élan d'Amérique. Son nom vient du shawnee et signifie « croupe blanche ». Génétiquement, il appartient à la famille des cerfs asiatiques, qui s'est séparée de la famille européenne des cerfs élaphes (Cervus elaphus) au Pléistocène et il n'en est donc qu'un lointain parent. Il est plus étroitement lié au cerf Sika (Cervus nippon) et au cerf de Thorold (Cervus albirostris) à lèvres blanches adapté à la montagne. Son plus proche parent, cependant, est le cerf des montagnes du Tibet et de la Chine occidentale (Cervus canadensis wallichi) qui a su s'adapter à l'ascension en effectuant des bonds longs et puissants sur des pentes abruptes, par-dessus les rhododendrons et les bouquets de saules. Le wapiti et son homologue de Sibérie et de Mongolie, le maral, ont évolué pour devenir des coureurs rapides et tenaces adaptés aux terrains ouverts et plats. Ils sont tous deux originaires de la BÉRINGIE pléistocène, et le wapiti s'est déplacé vers l'est jusqu'en Amérique du Nord à la fin de la période glaciaire. Identique génétiquement, le maral, lui, a migré vers l'ouest jusqu'en Asie centrale. En Amérique du Nord, le wapiti ne s'est répandu et sa population n'a augmenté qu'après l'extinction de la mégafaune glaciaire, il y a environ 11 000 ans.

Aire de distribution et habitat

Avant 1492, le wapiti est peu abondant dans les relevés fossiles, mais la population s'accroît quand la population humaine en Amérique du Nord baisse en raison de l'arrivée des maladies européennes et de génocides. Il atteint son extension géographique maximale bien avant 1800. En 1835, cependant, l'espèce a disparu de l'est de son aire de répartition (Ontario et Québec) en raison de la chasse excessive. Le wapiti est réintroduit en Ontario, où il prospère. Il disparaît de l'Alberta avant 1913, mais est réintroduit à partir de la population du parc national de Yellowstone (nord-ouest des États-Unis) en 1917. À l'est des Rocheuses, on en trouve des populations éparses en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba. Du côté de la Colombie-Britannique, on en rencontre le long des Rocheuses et sur l'île de Vancouver, sans oublier une petite population introduite sur la côte. On a également introduit une petite population de wapitis au Yukon.

Le Wapiti est un animal sociable qui privilégie les milieux ouverts. En Amérique du Nord, on le retrouve dans des habitats très divers. En Asie, il est essentiellement confiné à la zone subalpine, qu'il doit partager avec d'autres sous-espèces de cerfs. Il existe une ségrégation entre les mâles et les femelles. Les premiers donnent priorité à l'accès à la nourriture tandis que les secondes recherchent plutôt des endroits à l'abri des prédateurs. Le mâle pèse 10 % de plus que la femelle.

Reproduction et développement
Pendant le rut, le mâle indique sa présence en émettant des bramements forts et clairs (le Wapiti est le plus volubile des cervidés) et en s'aspergeant d'urine. Les mâles dominants ont des harems. La période de gestation est assez longue et dure environ 240 jours. Les petits, les faons, naissent en juin.

Relations avec les humains
De nos jours, le wapiti est un important gibier pour la chasse sportive. Les Autochtones recherchent son cuir, mais n'aiment guère sa viande, et l'animal n'a pas joué un grand rôle dans leur économie. Cette espèce a été semi-domestiquée en Sibérie et en Chine, où l'on utilise ses bois à des fins médicinales. Les wapitis des pourvoiries, importés des États-Unis, ont apporté des maladies dégénératives chroniques dans l'Ouest canadien.