Wampum

Faits de coquillages blancs et mauves de la côte atlantique, les wampums avaient une valeur considérable pour les autochtones de l'Est du Canada, comme ornements et comme objets de cérémonie. Pour les non-autochtones, les wampums servaient de monnaie d'échange, particulièrement au XVIIe et au XVIIIe siècle. On enfilait les wampums sur de la ficelle ou on les tissait en ceintures et en écharpes. Certains dessins symbolisaient des événements, des alliances et des peuples. Les wampums étaient utilisés pour nouer des relations, faire une demande en mariage, expier un meurtre ou verser une rançon pour des captifs. Le wampum était lié de près à la TRAITE DES FOURRURES dans l'Est du Canada, où il servait d'objet de troc.

Avant la Confédération en 1867, certains groupes autochtones indiquaient leur acceptation de certains TRAITÉS INDIENS en remettant une ceinture wampum aux représentants de la Couronne. La ceinture à deux rangs, ou Kahswenhtha, des Iroquois symbolisait une entente de respect mutuel et de paix entre eux et les Européens nouvellement arrivés en Amérique du Nord. Cette ceinture précisait les règles de comportement des deux groupes et était le gage qu'aucun des deux groupes n'imposerait ses lois, ses traditions, ses coutumes ni sa langue à l'autre, mais qu'ils coexisteraient en paix.