Viger, Jacques

Jacques Viger, journaliste, auteur, officier de milice, fonctionnaire et homme politique (Montréal, 7 mai 1787 -- id., 12 déc. 1858). Premier maire de Montréal, Viger joue un rôle important comme fonctionnaire et intellectuel grâce à ses ouvrages d'érudition et à ses collections. Les débuts de la carrière de Viger restent obscurs. Pendant quelques mois (1808-1809), il est rédacteur d'un journal de Québec, Le Canadien. Puis, il devient membre actif de la milice pendant la guerre de 1812. Pendant le reste de sa vie, il accomplit différentes fonctions militaires pour la milice. En 1814, on le nomme inspecteur des grands chemins, rues, ruelles et ponts de la ville et de la paroisse de Montréal, poste qu'il occupe jusqu'en 1840. Il est responsable du bon état des rues, du développement et de l'entretien matériels de la ville. Il devient maire en 1833 lorsque la première charte municipale est attribuée à Montréal et occupe ce poste jusqu'en 1836. Toutefois, en raison de la rébellion, la charte n'est pas renouvelée. C'est sans nul doute sa sympathie à l'égard des patriotes qui lui fait perdre son poste d'inspecteur en 1840. Viger manifeste un intérêt soutenu pour les ouvrages d'érudition. Il remplit de notes diverses les 43 volumes de son recueil monumental intitulé Ma Saberdache. Il y donne, par exemple, certains détails sur la campagne de 1812 ou y insère de la correspondance. Il collectionne de nombreux documents et livres et est l'un des fondateurs de la Société historique de Montréal (1858).