Vague de chaleur

Par définition, une vague de chaleur est une période d'au moins trois jours consécutifs avec des températures supérieures ou égales à 32 °C. Une HUMIDITÉ élevée n'est pas nécessaire; toutefois, la plupart des vagues de chaleur, mais non les pires, sont d'une humidité étouffante. D'après cette définition, St. John's et Vancouver n'ont jamais eu de vague de chaleur, et Victoria n'en a eu qu'une seule, de quatre jours, en 1941.

La fréquence des périodes de chaleur est plus élevée à l'intérieur du pays. Des périodes allant jusqu'à cinq jours successifs de chaleur ont été enregistrées dans chaque province, de la Colombie-Britannique à la Nouvelle-Écosse. La zone intérieure de la Colombie-Britannique subit habituellement les plus longues vagues de chaleur, celles-ci pouvant durer jusqu'à 30 jours. Dans le Sud des Prairies et de l'Ontario, les périodes de chaleur peuvent durer de 10 à 15 jours.

Les vagues de chaleur les plus mémorables ont lieu durant les SÉCHERESSES et les tempêtes de poussière dans les Prairies dans les années 30. D'autres vagues de chaleur importantes se produisent en août 1944 dans les Provinces maritimes, en août 1953 en Ontario, en juillet 1963 au Québec et en août 1981 dans le Sud de la Colombie-Britannique.

La vague de chaleur de 1936 commence dans le Sud-Ouest des États-Unis avant de frapper tout le continent. Des records de chaleur établis dans 16 États tiennent toujours. La vague de chaleur atteint le Canada la première semaine de juillet. Dans le Sud de la Saskatchewan et du Manitoba, la période la plus chaude dure 13 jours, soit du 5 au 17. Elle dure huit jours en Ontario, où elle commence le 7 dans le Nord-Ouest et se termine dans toute la province le 14. Au Manitoba, le record historique de température maximum est de 44,4 °C, à St. Albans, le 11, et à Emerson, le 12. À Winnipeg, la température dépasse 32 °C durant 13 jours consécutifs et atteint 42,2 °C le 11. Cette nuit-là, le « minimum » du thermomètre indique 28,3 °C.

L'Ontario se donne un nouveau record de 42,2 °C à Atikokan, les 11 et 12, et à Fort Frances, le 13. À Toronto, la vague de chaleur est la plus intense jamais relevée depuis près d'un siècle. La température maximale atteint 41,1 °C, le 10, et le « minimum le plus élevé », 26,6 °C, est enregistré au petit matin du 11.

La vague de chaleur de 1936 tue 780 Canadiens, dont 376 hommes et 404 femmes, la plupart étant des gens âgés et des enfants. Un an plus tôt, la chaleur avait été responsable du décès de « seulement » 42 personnes. En juillet 1936, il y a 400 autres morts indirectes, notamment plusieurs noyades. L'Ontario remporte le record macabre avec près de 600 victimes. La chaleur tue 225 Torontois et plus de 70 Manitobains.