Université de Montréal

 Université de Montréal Créée en 1878 comme succursale de l'UNIVERSITÉ LAVAL, elle comprend alors quatre facultés: droit, médecine, théologie et arts. En 1920, elle reçoit sa première charte du Parlement du Québec. En 1967, elle devient un établissement à caractère public d'enseignement supérieur et de recherche, qui prévoit la participation des professeurs, des étudiants et des diplômés à son administration et est administré par un Conseil largement ouvert sur l'extérieur. Cette structure participative et cette ouverture permettront à l'U. de Montréal de traverser les moments difficiles de son histoire grâce à l'engagement de son personnel et à l'appui de la société qui l'entoure.

L'U. de Montréal compte maintenant 13 facultés et deux écoles affiliées, soit l'École polytechnique et l'École des hautes études commerciales. À elles seules, les trois institutions reçoivent près de 46 000 étudiants, inscrits dans plus de 250 programmes de premier cycle, 180 programmes de deuxième cycle et 71 programmes de doctorat.

En 1990, en s'appuyant sur une évaluation complète de ses unités d'enseignement et de recherche, l'Université adopte un énoncé de mission intitulé « L'U. de Montréal vers l'an 2000 ». Elle y expose le projet qui doit lui permettre de devenir, dans les prochaines années, une grande université de recherche nord-américaine.

Soucieuse d'excellence en enseignement comme en recherche, l'U. de Montréal s'est aussi employée à mettre au service de la communauté l'expérience et l'expertise de ses professeurs et chercheurs comme en témoignent l'ouverture de laboratoires nouveaux, la maîtrise de technologies de pointe à l'heure de l'informatique et de la biotechnologie ou encore la création de nouveaux programmes et débouchés qui ont conduit à la valorisation des études de deuxième et troisième cycles.

Avec plus de 350 doctorats décernés en 1999, et près de 200 millions de dollars obtenus en fonds de recherche, l'U. de Montréal se place facilement dans le peloton de tête des grandes universités de recherche. Elle a tourné la page de la morosité après avoir traversé, à l'instar des autres établissements, la pire crise financière que le système universitaire québécois ait connu depuis la Révolution tranquille. Dans un contexte compétitif de valeur ajoutée par le savoir, elle compte sur son enthousiasme et son potentiel d'innovation pour jouer un rôle de premier plan sur l'échiquier universitaire nord-américain.

L'internationalisation de l'U. de Montréal est inscrite dans sa mission et s'impose aujourd'hui comme une condition essentielle de son développement. C'est pourquoi elle a noué des alliances un peu partout dans le monde avec de nombreux établissements, revu dans cette optique ses programmes d'études et encouragé les échanges et les stages à l'étranger pour ses étudiants. L'Université abrite en ses murs l'Agence universitaire de la francophonie, la Chaire Jean-Monnet en intégration européenne, le Centre d'excellence en études allemandes et européennes, le Collège des Amériques, le Centre de ressources de l'espagnol et le Centre d'études sur l'Asie de l'Est. Elle valorise l'apprentissage et la pratique des langues étrangères et facilite, autant que possible, la venue de professeurs-chercheurs et de stagiaires postdoctoraux en provenance de l'étranger.