Témoins de Jéhovah

Témoins de Jéhovah : confession religieuse connue dans le monde entier pour son infatigable évangélisme (voir MOUVEMENT ÉVANGÉLISTE) propagé grâce au porte-à-porte, ses grands congrès et le refus de ses membres de porter les armes, de saluer le drapeau et de recevoir des transfusions sanguines. Ils sont des millénaristes (voir MILLÉNARISME) intransigeants qui croient que le Christ est venu invisiblement en 1914. Jusqu'en 1995, ils prétendaient faire, grâce à leur témoignage, la « moisson » de l'humanité de manière à séparer les sauvés des damnés. Selon eux, le monde devait être détruit à Harmaguedon et cela devait se produire avant l'extinction de la génération née avant 1914. Aujourd'hui, ils enseignent plutôt que le Christ fera la séparation à Harmaguedon, mais ne soutiennent plus que cela aura lieu dans un délai donné. Les Témoins nient la Trinité et professent une théologie semi-arienne selon laquelle le Fils de Dieu n'est pas coéternel au Père et est un « dieu » inférieur. Ils disent aussi qu'il y aura finalement 144 000 personnes au ciel, mais que le reste des sauvés vivra éternellement dans un paradis terrestre restauré. En 1995, les Témoins comptent plus de 5,2 millions de membres actifs dans le monde et seulement 8645 d'entre eux déclarent espérer le ciel. Ils croient que l'âme n'est pas immortelle et que la plupart des gens seront ressuscités avec leur corps pendant le millénaire. Ils affirment que les autres religions et les gouvernements civils sont démoniaques.

Expansion mondiale du mouvement

Les Témoins de Jéhovah tirent leur origine du mouvement des « Étudiants de la Bible » fondé par Charles T. Russell à Pittsburgh, en Pennsylvanie, dans les années 1870. Celui-ci adopte en 1876 la chronologie « biblique » de Nelson H. Barbour, sur laquelle se sont toujours fondées depuis les prédictions des Étudiants de la Bible et des Témoins sur la date de l'Apocalypse. Russell fonde la Société de la Tour de Garde en 1881 pour propager cette croyance. En 1931, le successeur de Russell, Joseph H. Rutherford, donne le nom de Témoins de Jéhovah aux Étudiants de la Bible qui adhèrent à la Société de la Tour de Garde. Il abandonne beaucoup d'enseignements de Russell, réorganise la chronologie de Barbour et établit un « gouvernement théocratique centralisé » pour les fidèles du mouvement. Nathan H. Knorr (1905-1977) contribue grandement à l'expansion internationale du mouvement.

Critiques du public

Les Étudiants de la Bible arrivent en Ontario vers 1882 et se répandent rapidement dans tout le Canada. Pendant les deux guerres mondiales, ils subissent beaucoup de persécutions en raison de leur ferveur évangélique, de leur horreur des manifestations patriotiques et de leur objection de conscience au service militaire. En 1918, leur documentation est interdite; de 1941 à 1943, ils sont mis hors la loi par la LOI DES MESURES DE GUERRE. C'est au Québec, après la Deuxième Guerre mondiale, qu'ils connaissent leurs pires difficultés (voir RONCARELLI C. DUPLESSIS; SAUMUR C. LA VILLE DE QUÉBEC). Alors, pour acquérir la liberté religieuse, ils popularisent l'idée d'une déclaration canadienne des droits et obtiennent des plus hauts tribunaux du Canada de nombreux jugements favorables aux libertés civiles, qui créent des précédents (voir DROITS DE L'HOMME).

Ces derniers temps, ils sont fortement critiqués par le public pour leurs pratiques d'exclusion ou d'excommunication et leur refus de toute relation avec les dissidents expulsés de leurs rangs. Ils continuent aussi d'être surveillés de près parce qu'ils n'acceptent pas de laisser leurs enfants recevoir des transfusions sanguines.

D'après le recensement fédéral de 1991, environ 168 000 personnes se déclarent Témoins de Jéhovah. En 1995, les Témoins comptent 112 960 prédicateurs ou évangélistes actifs au Canada.

Voir aussi MOUVEMENT ÉVANGÉLISTE.