Sabot de la vierge

« Sabot de la vierge » est le nom vernaculaire donné à certaines plantes de la famille des ORCHIDÉS qui, à cause de leurs pétales modifiés (labelles) repliés vers l'intérieur, ont l'apparence d'un sabot. Les insectes doivent passer par cette structure pour se procurer du nectar, effectuant ainsi la pollinisation de la plante. Seul le genre Cypripedium est assez rustique pour survivre au climat canadien. Il compte 50 espèces réparties dans les régions tempérées septentrionales de l'Amérique et de l'Eurasie. Des 13 espèces nord-américaines, 8 sont indigènes du Canada. Le cypripède acaule (C. acaule) a 2 feuilles à sa base et produit 1 seule fleur. Son labelle de 5 cm est fendu sur la longueur.

Cette fleur printanière pousse dans les endroits humides, préférablement dans les sols acides, de Terre-Neuve au Manitoba. Le sabot de la vierge devient l'emblème floral provincial de l'Île-du-Prince-Édouard (voir EMBLÈMES FLORAUX DES PROVINCES) en 1947. Le cypripède royal (C. reginae) a d'abord été choisi mais, en raison de sa rareté, on le remplace par le cypripède acaule en 1965. Les sabots de la vierge sont difficiles à cultiver, et on ne devrait pas les déloger de leur habitat indigène. Les Amérindiens utilisent les propriétés sédatives des infusions de fleurs de cypripèdes et des racines du cypripède soulier (C. calceolus).

Voir aussi PLANTES, UTILISATIONS PAR LES AUTOCHTONES DES.