Rose cultivée

La culture des roses remonte à très longtemps, mais on sait peu de chose sur leur origine. Le rosier hybride de thé, le plus populaire des rosiers des jardins modernes, a été introduit dans le monde entier en 1867. Aujourd'hui, les roses sont classées sous les appellations suivantes : l'hybride de thé (grosses fleurs), la floribunda (grand nombre de petites fleurs), la grandiflora (fleurs de bonnes dimensions groupées en petit nombre), la miniature, l'arbustière, la grimpante et la sarmenteuse. Toutefois, ces classifications font l'objet de modifications en raison de l'introduction récente de différents types de floraison. Au Canada, le croisement des roses s'est concentré principalement sur la création de roses rustiques aux fleurs plus résistantes pour les régions froides (p. ex., les Prairies). Cependant, à l'exception du Sud-Ouest côtier de la Colombie-Britannique, la plupart des roses doivent être protégées durant l'hiver. Les premiers sélectionneurs de roses ont été les pépiniéristes des Prairies.

Au cours des dernières années, les stations de recherche d'Agriculture Canada à Ottawa et à Morden, au Manitoba, ont introduit un bon nombre d'excellentes roses de jardin, certaines ressemblant beaucoup aux populaires hybrides de thé et floribundas. Les roses poussent dans la plupart des sols bien drainés, mais elles préfèrent un loam fertile dans un milieu ouvert offrant au moins six heures d'ensoleillement. Elles fleurissent du début de l'été à la fin de l'automne et la floraison varie selon le climat. Les roses ont besoin d'un fertilisant faible en azote et équilibré au début de la croissance, et doivent être arrosées fréquemment. Certaines espèces arbustières forment de grands fruits colorés (cynorhodons) et leurs feuilles tournent parfois au rouge en automne. Les insectes nuisibles communs, fréquents chez la plupart des roses, peuvent être contrôlés chimiquement. La maladie de la tache noire et le mildiou sont difficiles à enrayer. La sélection de variétés résistantes aide à prévenir ces problèmes.

On ne possède pas de statistiques sur la valeur des roses dans les industries canadiennes de la culture en pépinière et en serre. Toutefois, en 1985, presque 81 millions de roses ont été produites pour la vente de fleurs coupées au Canada. On en a importé un nombre additionnel et indéterminé des États-Unis et de l'Europe.