La rivière George, dans le nord du Québec, mesure 560 km de long; elle s'écoule vers le nord dans la partie est de la BAIE D'UNGAVA. Ses lignes de partage des eaux au sud et à l'est, de même que celles des rivières tributaires Ford et De Pas, s'étirent le long de la majeure partie de la frontière entre le Québec et le Labrador (Terre-Neuve). Le bassin de 41 700 km2 de la rivière comprend, parmi les nombreux lacs offrant un débit moyen de 881 m3/s, le lac de la Hutte-Sauvage et le lac aux Goélands. Sur le gneiss granitique de la région géologique de Churchill, la végétation passe de la forêt boréale, au sud et à l'ouest, à la toundra, à l'est et au nord.

La rivière alimente la pêche sportive au saumon et le bassin recouvre une grande partie du territoire du troupeau de CARIBOUS de la rivière George. Les MONTAGNAIS-NASKAPIS et les INUITS DU LABRADOR occupent la région. En 1811, des missionnaires moraves lui donnent ce nom en l'honneur de George III, mais l'exploration de la rivière au complet par les Européens se fait seulement lorsque John MCLEAN tente de tracer une route de transport pour la Compagnie de la baie d'Hudson, de Fort Chimo au LAC MELVILLE. McLean traverse la région pour la première fois en 1838. C'est durant cette expédition qu'il découvre les CHUTES CHURCHILL.