Point, Steven L.

Steven L. Point, (Xw lî qwl tl), politicien, lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique de 2007 jusqu'à aujourd'hui (Chilliwack, Colombie-Britannique). Membre de la Première Nation Skowkale, Steven L Point est élu chef pour la première fois en 1975, à l'âge de 23 ans. Il occupera le même poste à diverses reprises et cumulera en tout plus de 15 années. De 1994 à 1999, il est président de tribu et Grand Chef du conseil tribal de la nation Stó:lô. Son travail au sein des maisons longues de Stó:lô et sa participation au comité Chilliwack Pow Wow sont pour lui l'occasion de promouvoir chants et danses traditionnels. De 1994 à 1998, il est représentant des chefs au siège du gouvernement de la nation Stó:lô.

À 31 ans, constatant que pour s'entendre avec les avocats et les comptables, il faut connaître la loi, il entre à l'école de droit de l'UNIVERSITÉ DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE (UBC) et reçoit son diplôme en 1985. Admis au barreau en 1986, il exerce la profession de 1986 à 1989, comme partenaire au sein du cabinet Point and Shirley. Il travaille ensuite pour l'Union of British Columbia Indian Chiefs ainsi que pour le ministère de l'Emploi et de l'Immigration, section des réfugiés, et ce, jusqu'en 1991, année où il devient directeur du programme d'études en droit des Premières nations à la faculté de droit de la UBC. Il quitte ce poste en 1994 pour diriger le ministère des Terres de la nation Stó:lô. Le 15 février 1999, il est nommé juge à la cour provinciale, établie à Abbotsford, en Colombie-Britannique, mais ses fonctions l'amènent dans divers coins de la province. En 2000, il reçoit un prix national d'excellence décerné à des Autochtones ainsi qu'un doctorat honorifique en droit au Collège universitaire de Fraser Valley, où il enseigne les valeurs de la nation Stó:lô.

En 2005, Steven Point est nommé commissaire en chef de la Commission des traités de la Colombie-Britannique; il demeure à ce poste jusqu'à sa nomination comme 28e lieutenant-gouverneur de la province. Il est assermenté le 1er octobre 2007 et une de ses premières tâches est d'accorder le consentement royal au Traité des Premières nations Maa-nulth, le 29 novembre 2007. Il confie souhaiter ardemment « soutenir les jeunes dans la recherche de leur voie, quelle qu'elle soit ».