Pickford, Mary

Mary Pickford, né Gladys Louise Smith, actrice et productrice (Toronto, 9 avril 1892 -- Santa Monica, Calif., 25 mai 1979). Après la mort de son père alcoolique, Mary Pickford commence sa carrière d'actrice en avril 1900 au Princess Theatre de Toronto. En 1909, après avoir connu la pauvreté comme comédienne, elle auditionne à contrecoeur devant D.W. Griffith, le légendaire réalisateur de films qui tourne à l'époque des films d'une durée de dix minutes pour l'entreprise American Mutoscope and Biograph à New York. Pickford cesse très vite de considérer le cinéma comme un secteur d'emploi de deuxième ordre. Pour un salaire de 40 dollars par semaine, elle se joint aux pionniers de ce nouvel art.

D'instinct, Pickford comprend que la caméra exige un jeu différent de celui du théâtre. Quelques mois plus tard, elle fait partie de l'avant-garde des artistes qui allient le réalisme psychologique à la gestuelle du ballet propre au cinéma muet. Il se crée alors une intimité sans précédent entre les spectateurs et l'actrice. Alimentée par le génie de Pickford, son dynamisme et son sens du comique transmis à l'écran, cette nouvelle relation suscite un engouement de plus en plus grand pour son personnage avec l'avènement des longs métrages (il s'agit, à l'époque, de films de plus d'une heure).

En 1913, Pickford abandonne Griffith pour le cinéaste Adolph Zukor. Des longs métrages tels Tess of the Storm Country (1914) la rendent encore plus populaire pour son charme de gamine fougueuse. Elle connaît bientôt un succès immense aux guichets. Elle demande donc des honoraires faramineux et une plus grande participation au processus de création. Ses pairs acceptent, bien qu'ils considèrent ces exigences inconvenantes chez une femme si douce et si menue. Pickford ne tient pas compte de ces critiques. Dès 1916, elle possède sa propre unité de production au sein de l'entreprise de Zukor. En 1917, elle entre au service d'une autre entreprise, First National, où elle a toute liberté en ce qui a trait à toutes les étapes du processus de création. Selon les profits, elle gagne de un à deux millions de dollars par an. Seule la distribution lui échappe. En 1919, elle résout le problème en cofondant United Artists avec D.W. Griffith et les acteurs Charles Chaplin et Douglas Fairbanks. Dès lors, elle obtient un pouvoir inégalé dans l'histoire du cinéma pour une femme : elle joue dans ses propres films, les produit et les distribue.

Dans les années 10 et 20, Mary Pickford est probablement la femme la plus célèbre qui ait existé. En 1910, elle épouse Owen Moore, un acteur alcoolique. Quelques semaines après son divorce, en 1920, elle unit sa destinée à celle de Douglas Fairbanks. Leur lune de miel en Europe crée une hystérie sur tout le continent et Pickford, aux prises avec des admirateurs en délire, frôle la mort, en Angleterre. Sa vie avec Fairbanks, à Pickfair, leur luxueuse résidence de Beverly Hills, fait autant partie du domaine public que la vie du prince Charles et de la princesse Diana. Leur divorce pénible, en 1936, fait l'objet de la même attention. D'autres artistes ont connu la célébrité, mais aucun n'a suscité une extase aussi inconditionnelle à l'échelle internationale.

Mary Pickford joue dans quatre films parlants. Bien qu'elle remporte un Oscar pour le premier (Coquette, 1929), celui-ci récompense probablement davantage son travail au cinéma muet que le film même. D'ailleurs, son public l'abandonne avec l'avènement du cinéma parlant. Durant les 30 dernières années de sa vie, elle est en proie à la dépression et à l'alcoolisme. En 1956, elle vend ses parts de la United Artists et vit de plus en plus retirée. Lorsqu'on lui décerne un Oscar honorifique en 1976, bien peu de gens savent qu'il s'agit d'une figure marquante dans l'histoire du cinéma, une icône du mouvement pour l'indépendance des femmes et qu'elle a déclenché la culture du vedettariat moderne.