Parti progressiste

 Le Parti progressiste est formé en 1920 quand des agriculteurs de l'Ontario et des Prairies membres du Conseil canadien de l'agriculture (CCA) s'unissent avec des libéraux dissidents dont le chef, Thomas CRERAR, vient de démissionner du Cabinet fédéral l'année précédente, manifestant ainsi son opposition aux tarifs douaniers élevés. En novembre 1918, le CCA avait proposé une « nouvelle Politique nationale » de libre-échange, de nationalisations (en particulier celle des chemins de fer) et de démocratie directe. Lors des élections de 1921, le Parti progressiste, sous le leadership de Crerar, provoque la fin du régime fédéral bipartite : le parti remporte 65 sièges dans l'Ouest, l'Ontario et le Nouveau-Brunswick, et constitue le deuxième parti au Parlement. Cependant, il est incapable d'agir avec cohésion face au nouveau gouvernement libéral minoritaire. Bon nombre de ses membres ont déjà appartenu au Parti libéral et ils veulent seulement amener leur ancien parti à opter pour le libre-échange. D'autres souhaitent un parti plus radical. L'appui de l'électorat baisse aux élections de 1925 et de 1926, mais la révolte agraire et le Parti progressiste ont transformé la politique canadienne. Les membres les plus radicaux se joignent à la CO-OPERATIVE COMMONWEALTH FEDERATION en 1932, et d'autres se rallient au PARTI CONSERVATEUR en 1942.