Ouellette-Michalska, Madeleine

Madeleine Ouellette-Michalska, romancière, poète, essayiste (Saint-Alexandre de Kamouraska,Qc, 1934). Elle obtient son diplôme de l'U. de Montréal en 1968 et son diplôme de maîtrise de l'U. du Québec à Montréal en 1975. Après avoir enseigné, elle devient, en 1976, journaliste et critique littéraire pour Perspectives, Châtelaine, L'Actualité et Le Devoir. Elle enseigne aussi la création littéraire et la critique journalistique aux universités de Montréal et d'Ottawa. Elle écrit des articles pour de nombreuses revues littéraires québécoises et ses pièces de théâtre sont diffusées par la réseau FM de Radio-Canada. En 1981, elle a reçu le prix du Gouverneur général pour L'Échappée des discours de l'oeil et, en 1984, le prix Molson (de l'ACADÉMIE CANADIENNE-FRANCAISE) pour La Maison Trestler.

Elle fait ses débuts littéraires en tant qu'écrivaine de nouvelles pour Dôme (1968) et publie un recueil de poésie, Entre le souffle et l'aine (1981), et de nombreux romans dont les personnages, particulièrement les personnages féminins, vivent des expériences douloureuses, mais se libèrent lentement de leurs névroses pour ensuite interroger leur propre histoire: La Danse de l'amante (1987), Le Plat de lentilles (id.), La Fête du désir (1983), L'Été de l'île de grâce (1993), La Passagère (1997), Les sept nuits de Laura (1999). Essai théorique, L'Échappée des discours de l'oeil (1981) fait la lumière sur toutes ses oeuvres, grâce à ses réflexions anthropologiques et psychanalytiques sur le patriarcat, sur les relations entre les hommes et les femmes, et sur l'attitude féministe envers l'écriture. Dans son journal intime, La Tentation de dire (1985), l'écrivaine continue de traiter les sujets qui lui tiennent à coeur : la culture québécoise, les caprices de l'imagination et la mémoire génétique du corps.