Montcalm, Louis-Joseph de, Marquis de Montcalm

  Louis-Joseph de Montcalm, marquis de Montcalm, officier militaire (Candiac, France, 28 févr. 1712 -- Québec, 14 sept. 1759). Montcalm entre dans l'armée à 9 ans et s'y distingue. En 1756, il est promu maréchal de camp et remplace le baron Dieskau à la tête des troupes françaises en Amérique du Nord. Il arrive à Québec le 13 mai 1756, ayant reçu l'ordre d'obéir à VAUDREUIL, le gouverneur général de la NOUVELLE-FRANCE.

Vaniteux, il méprise les autorités coloniales et leur préférence pour la guerre d'escarmouches. Il en vient à se montrer ouvertement hostile à Vaudreuil et déclare que tout le gouvernement est corrompu. Il s'empare du fort William Henry (août 1757) et repousse victorieusement en juillet 1758 une attaque britannique contre le fort Carillon. Il envoie en France des dépêches qui critiquent Vaudreuil et présentent ses propres entreprises de la façon la plus favorable. Le 20 octobre 1758, il est promu au grade de lieutenant général, le deuxième degré dans la hiérarchie militaire française.

En mai 1759, le général James WOLFE et le vice-amiral Charles Saunders arrivent devant Québec. En septembre, une série d'erreurs des Français permettent à Wolfe d'escalader les pentes au bord du fleuve et d'installer environ 4500 hommes sur les PLAINES D'ABRAHAM, à moins de 2 km de la ville. La position de Wolfe est menaçante mais précaire, et Montcalm choisit l'unique stratégie qui puisse entraîner la défaite : le matin du 13 septembre, il lance précipitamment ses troupes au combat. Les Français sont mis en déroute. Montcalm subit une blessure mortelle et expire le lendemain matin.

Selon la plaque qu'on retrouve sur les plaines d'Abraham, il était « vaillant, brave et grand », mais les historiens sont depuis longtemps en désaccord avec cette évaluation. Il a remporté des victoires notables, mais il a subi la plus grande défaite de l'histoire militaire canadienne. voir aussi GUERRE DE SEPT ANS.