Moncton

Moncton, ville du Nouveau-Brunswick; pop. 69 074 (recens. 2011), 64 128 (recens. 2006); construite en 1890. Moncton est située dans l'est de la province, dans un coude de la rivière Petitcodiac. La région du Grand Moncton (pop. 126 424 [recens. 2006]), d'une superficie de 2177,23 km2, comprend la ville de DIEPPE (en pleine croissance) et la ville de RIVERVIEW. Le Coude est le nom que lui donnent les premiers colons, des Acadiens (voirACADIE) qui seront rassemblés et déportés en 1755. En 1766, de nouveaux colons d'origine allemande arrivant de Pennsylvanie s'y installent et appellent la localité The Bend. Le nom de Moncton, mentionné pour la première fois vers 1860, honore la mémoire du commandant britannique Robert MONCKTON, lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse à l'époque de la déportation. Aujourd'hui, près du tiers de la population se réclame de langue maternelle française, le reste étant de langue anglaise.

Historique

À l'origine, son développement économique est étroitement lié à la CONSTRUCTION NAVALE. La construction d'un chantier naval par George et Joseph Salter, en 1849, marque le point tournant de son histoire économique. L'année suivante, le commerce maritime deviendra suffisamment important pour faire de Moncton un port d'entrée. La municipalité, constituée en 1855, qui a comme premier maire Joseph Salter, accueille la même année sa première banque, la Westmorland Bank, mais le déclin dans la construction des navires en bois mène la ville à la faillite. La banque s'effondre et Moncton perd son statut de municipalité en 1862. Cependant, le chemin de fer marquera le début d'une ère nouvelle, surtout durant la période suivant la Confédération; Moncton devient alors le quartier général des ateliers duCHEMIN DE FER INTERCOLONIAL (1871) et un centre ferroviaire prospère. C'est grâce à ce développement économique que Moncton est de nouveau constituée en ville en 1875.

Économie

On présente souvent Moncton comme « la plaque tournante des Maritimes » parce qu'elle est le noeud central par lequel doivent passer les nombreuses voies ferrées du réseau des chemins de fer, couvrant les Maritimes. Il en va de même pour le transport routier et aérien. C'est ainsi que Moncton est devint un centre régional et un important centre de distribution et de télécommunications des provinces atlantiques. Dotée d'une main-d'oeuvre de cols blancs, stable, bilingue et forte de l'expertise de NBTel en matière de fibres optiques, la ville s'est donnée un nouveau rôle de centre national de services de télémarketing et autres services téléphoniques. Le Canadien National, l'un des principaux employeurs non gouvernementaux de la ville, a contribué largement à sa prospérité économique.

Alors que le Canadien National a parfois compté jusqu'à 6000 employés, ce nombre a chuté de manière significative depuis la fermeture de ses ateliers de réparation en 1986 et leur démolition en 1988. Les 200 postes qui ont survécu sont surtout de nature administrative et technique à la cour de triage à butte de l'extrême ouest de la ville. Illustration du changement vers une économie postindustrielle, les vastes terrains du CN ont été décontaminés et transformés en un parc technologique et en des installations sportives incluant des terrains de jeu et un aréna. Le tissu économique régional se diversifie en partie grâce à la présence d'établissements d'enseignement postsecondaire et d'écoles techniques.

Vie culturelle

En 2002, Moncton devient la première ville canadienne officiellement bilingue. Elle abrite l'UNIVERSITÉ DE MONCTON, un établissement de langue française fondé en 1963, de même que l'Université baptiste de l'Atlantique. L'Université de Moncton se distingue par sa faculté de droit, première au monde à offrir l'enseignement de la common law dans la langue de Molière. On y retrouve également un campus du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick.

Le Théâtre Capitol, qui a été restauré pour retrouver son élégance de 1922, présente des productions du Theatre New Brunswick, de la Symphonie Nouveau-Brunswick et du Théâtre populaire d'Acadie. Parmi les lieux culturels figurent aussi le Centre culturel Aberdeen et le Théâtre l'Escaouette . Le Ballet-théâtre Atlantique du Canada est une troupe de théâtre itinérante établie à Moncton.

La ville accueille de nombreux festivals dont le Festival international du cinéma francophone en Acadie (en collaboration avec la ville voisine de Dieppe), la FrancoFête en Acadie (festival artistique) et le Festival littéraire international Northrop FRYE.

Le Musée acadien possède une collection d'objets qui datent d'aussi loin que 1604 dont un livre écrit par Samuel de CHAMPLAIN. Le Musée de Moncton retrace l'histoire de Moncton à l'époque où son site constituait l'extrémité ouest d'un portage micmac à la rencontre du détroit de Northumberland. D'autres édifices d'intérêt historique sont le Temple libre (1821) et la Maison Thomas Williams (1823).

Parmi les lieux d'attraction on compte la côte magnétique, que les automobilistes ont l'impression de gravir à reculons et le mascaret, petite vague qui remonte la rivière Petitcodiac deux fois par jour, annonçant l'arrivée des marées de la baie de FUNDY, les plus hautes du monde.

Quatre premiers ministres du Nouveau-Brunswick ont fait de Moncton leur lieu de résidence : Bernard LORD (depuis 1999), Allison DYSART(1935-40), James MURRAY (1917) et Clifford ROBINSON (1907-08). D'autres Monctoniens sont connus : le lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick Gilbert FINN, le juge Ivan RANDet la photographe Raymonde APRIL, entre autres.