Michael J. Fox, acteur, producteur et auteur (né Michael Andrew Fox, Edmonton, Alb., 9 juin 1961). Fils d'un répartiteur dans l'armée, Michael Fox réside en différents endroits avant que son père ne prenne sa retraite et s'installe avec sa famille à Burnaby (Colombie-Britannique), au début des années 1970. À 12 ans, il fait une apparition dans un épisode de The Beachcombers et à 15 ans, il joue aux côtés de Brent Carver dans une comédie de situation de courte durée de la télévision anglophone de la SRC (Leo and Me), tournée à Vancouver. En 1979, il obtient un rôle dans Letters from Frank, son premier film pour la télévision américaine. En 1980, il décroche le rôle principal dans Midnight Madness, une production des studios Disney.

Michael Fox s'établit à Los Angeles pour poursuivre une carrière à la télévision et fait suivre son prénom de l'initiale de son second prénom pour qu'on puisse le distinguer d'un autre Michael Fox dont le nom apparaît dans le bottin American Screen Actors. Il est sur le point de repartir à Vancouver quand il apprend qu'il a décroché le rôle d'Alex P. Keaton dans la très populaire série télévisée de longue durée Family Ties (1982-1989; v.f. Sacrée famille). Les convictions républicaines bon chic bon genre d'Alex Keaton sont à l'opposé des valeurs de ses parents hippies, mais sont conformes à la vision du président d'alors, Ronald Reagan, de la jeunesse américaine. Ce rôle fait de Michael J. Fox une vedette du petit écran. Il se voit décerner un Emmy Award trois années de suite (1986, 1987, 1988) dans la catégorie Acteur principal dans une série humoristique. En 1985 et en 1989, il est finaliste dans cette même catégorie. En 1989, il remporte un Golden Globe Award dans la catégorie Meilleure interprétation masculine dans un rôle principal dans une série humoristique ou musicale.

En 1985, alors qu'il jouait dans Sacrée famille, M F devient une vedette cinématographique grâce à deux films, Teen Wolf et surtout Back to the Future (v.f. Retour vers le futur), un immense succès dans le monde entier, qui connaît deux suites en 1989 et 1990. En raison des engagements contractuels de Fox envers la série Sacrée famille, son agent refuse le rôle de Marty McFly de Retour vers le futur. Le rôle est alors offert à Eric Stolz, mais le réalisateur Robert Zemeckis n'est pas satisfait de l'interprétation de Stolz et propose de nouveau le rôle à Fox. Son agent revient sur sa décision et Michael Fox tourne les scènes de Retour vers le Futur après ses journées de tournage dans le studio de la série télévisée.

Quelques films suivent à la fin des années 1980 et l'acteur, bien que peu imposant physiquement, mais au charme certain, devient l'une des personnalités les plus populaires du cinéma américain. Il se montre aussi à la hauteur dans des rôles plus sérieux, notamment dans Light of Day (1986) et dans Casualties of War (1989; v.f. Outrages), un film sur le Vietnam de Brian DePalma, film probablement plus connu. Les critiques, cependant, ne sont pas très tendres envers ses interprétations dramatiques et Fox choisit judicieusement, dans les années 1990, de s'en tenir à des rôles comiques. Il joue notamment dans The Hard Way (1991; v.f. La manière forte), Doc Hollywood (1991), Life with Mickey (1993; v.f. Graine de star), The American President (1995; Le président et Miss Wade), The Frighteners (1996; v.f. Fantômes contre Fantômes) et Mars Attacks! (1996; v.f. Mars attaque).

Avec les premiers symptômes de la maladie de Parkinson, diagnostic rendu public en 1998 - et avec une carrière cinématographique qui a culminé 10 ans plus tôt, Michael J. Fox retourne à la télévision dans la série humoristique Spin City (1996-2002) dont il est l'un des producteurs. Il joue le rôle de Mike Flaherty, conseiller politique rusé et adjoint au maire de New York. Une fois de plus, il connaît le succès. En 1997, il remporte le People's Choice Award dans la catégorie Acteur préféré du public dans une série télévisée et il est quatre fois finaliste aux Emmy Award dans la catégorie Meilleur acteur principal dans une série humoristique. Il remporte ce prix en 2000. En 1998, 1999 et 2000, aux Golden Globe Awards, il reçoit le prix du meilleur interprète dans une série télévisée humoristique ou musicale et en 1999 et 2000, l'American Screen Actors Guild lui remet le prix de la Meilleure interprétation masculine dans une série humoristique.

Les symptômes de la maladie de Parkinson s'étant considérablement aggravés, Michael Fox abandonne son rôle dans Spin City au terme de la quatrième saison. Par la suite, il prête sa voix à Stuart Little dans le film d'animation Stuart Little (1999) et Stuart Little 2 (2002). En 2006, il est en nomination pour un Emmy Award pour son apparition dans Boston Legal et décroche un Emmy en 2009 pour son apparition dans Rescue me, les héros du 11 septembre (Rescue Me, 2009). Il tient un rôle récurrent dans The Good Wife (2010-2011).

Il est l'auteur de trois livres : Lucky Man: A Memoir (2002; trad. La chance de ma vie), Always Looking Up: The Adventures of an Incurable Optimist (2008; Toujours plus haut : les aventures d'un incurable optimiste) et A Funny Thing Happened on the Way to the Future: Twists and Turns and Lessons Learned (2010). Il défend ardemment les recherches sur les cellules souches par le biais de la Fondation qu'il a créée aux États-Unis, la Michael J. Fox Foundation for Parkinson's Research. Il se voit décerner des diplômes honorifiques de la New York University, de l'Université de la Colombie-Britannique et de la Karolinska Institute en Suède. En 2000, il est intronisé à l'Allée des célébrités canadiennes et, en 2010, est nommé à l'Ordre du Canada. En 2011, il reçoit le prix Caméra d'or de l'Allemagne pour l'ensemble de son œuvre, tant personnelle que professionnelle.