Les Mammifères ont été appelés ainsi à cause des glandes mammaires qui sécrètent du lait et qui sont exclusives aux animaux de la classe des Mammifères, dont les êtres humains font partie. Les Mammifères sont généralement considérés comme les plus évolués des vertébrés (animaux avec une colonne vertébrale et une moelle épinière).

Certaines des caractéristiques des Mammifères définies dans la liste suivante sont parfois absentes chez certains groupes de cette classe et parfois présentes chez d'autres groupes de Vertébrés. Les Mammifères :

1) ont des glandes mammaires qui produisent du lait servant à nourrir les petits;

2) donnent naissance à des petits déjà formés, à l'exception des espèces de l'ordre des Monotrèmes (p. ex. l'Ornithorynque) qui pondent des oeufs;

3) sont endothermes (à sang chaud, comme les oiseaux) c'est-à-dire capables de maintenir la température de leur corps constante;

4) ont un corps recouvert de poils (exclusif aux Mammifères, mais certaines espèces ont seulement des vestiges de poils) et ont une couche de graisse sous-cutanée (chez les baleines, où les poils sont très rares ou absents chez les adultes);

5) ont une peau munie de glandes sudoripares qui permettent la perte de chaleur;

6) ont une mâchoire inférieure constituée d'un seul os de chaque côté qui s'articule directement avec le crâne;

7) ont une oreille moyenne constituée de trois paires d'os;

8) ont un cerveau volumineux et complexe qui permet l'apprentissage, la rapidité des réactions et l'adaptabilité des comportements;

9) possèdent un coeur à quatre chambres qui permet une circulation fermée de cellules sanguines sans noyau;

10) ont des dents habituellement différenciées en incisives, en canines, en prémolaires et en molaires;

11) ont des vertèbres différenciées en cervicales (généralement sept), en thoraciques, en lombaires, en sacrées et en caudales (queue).

Description

La majorité des espèces de Mammifères sont quadrupèdes, et leurs pattes sont adaptées à différents modes de vie : terrestre (course, saut, bond), fouisseur (creusage), arboricole (ils grimpent aux arbres) et aquatique, mais chez certaines espèces comme les baleines, les lamantins et les dugongs, les membres postérieurs ont disparu, la nageoire caudale est devenue horizontale et plate pour la propulsion et les membres antérieurs se sont transformés en nageoires pectorales. Les membres antérieurs des chauves-souris, les seuls Mammifères capables de vrai vol, se sont transformés en ailes. La taille des Mammifères varie de celle des minuscules musaraignes et chauves-souris, qui pèsent à peine plus qu'une pièce de dix sous, à celle du Rorqual bleu, le plus grand animal qui ait jamais vécu, qui mesure plus de 35 m et pèse plus de 150 tonnes.

Origine et évolution

Les Mammifères actuels ne sont qu'une fraction du grand nombre d'espèces qui vécurent depuis la transformation de reptiles ressemblants à des Mammifères vers la fin du triassique (il y a environ 205,7 millions d'années). En effet, on croit que les Mammifères proviennent d'un groupe de Reptiles qui ressemblaient à des Mammifères (sous-classe des Synapsidés) et qui étaient les plus abondants des Vertébrés du permien (il y a 300 à 250 millions d'années), bien avant l'apparition des premiers dinosaures. Parmi l'ordre des Thérapsidés, il y eut un certain nombre d'espèces de Reptiles semblables à des Mammifères qui acquirent une ou plusieurs caractéristiques de ces derniers.

Les premiers vrais Mammifères connus vécurent au milieu ou à la fin du jurassique (180,1 à 144,2 millions d'années), et ils étaient tous assez petits. Même si les Dinosauriens et d'autres Reptiles dominaient la Terre depuis plus de 100 millions d'années, les Mammifères survécurent sous forme de petits animaux discrets et peut-être nocturnes jusqu'à ce qu'ils deviennent eux-mêmes le groupe dominant lorsque les dinosaures disparurent à la fin du mésozoïque (65 millions d'années).

À la fin du crétacé (98,9 à 65 millions d'années), tous les éléments étaient réunis pour permettre l'évolution d'une grande diversité d'espèces de Mammifères dont la majorité s'éteignirent et d'autres survécurent jusqu'à nos jours. L'Ère des Mammifères commença au début du cénozoïque (65 millions d'années jusqu'à aujourd'hui). Ils exploitaient alors toutes les niches écologiques qui s'offraient à eux. Avec les conditions environnementales changeantes, plusieurs espèces durent s'adapter ou disparaître.

Écologie

Le grand succès des Mammifères peut être lié à leur capacité d'adaptation à presque tous les types d'environnements de la Terre. Bien que la plupart des espèces soient terrestres, certaines vivent dans la mer, dans l'air et sous terre. Seules les chauves-souris ont des ailes et sont capables de voler comme les oiseaux. Leur réussite est attribuable à leur vie nocturne, tandis que la majorité des oiseaux sont diurnes. Les Cétacés et les Siréniens (lamantins et dugongs) ont colonisé le milieu aquatique, tandis que d'autres espèces ont colonisé ce milieu tout en gardant des liens avec la terre ferme ou la glace (essentiellement pour la reproduction; p. ex. les phoques, les lions de mer, les morses et les loutres de mer). Quelques groupes utilisent le milieu aquatique, entre autres l'Ornithorynque, les insectivores, les carnivores, les rongeurs et les hippopotames.

Certaines espèces sont arboricoles et passent beaucoup de temps au sommet des arbres, entre autres quelques espèces de marsupiaux de dermoptères (appelés lémurs volants), les paresseux et plusieurs espèces de Primates, de Carnivores, de Rongeurs, etc. Dans ce milieu arboricole, certaines espèces ont développé l'aptitude de planer sur une bonne distance grâce à une membrane de peau située entre les pattes antérieures et les pattes postérieures, par exemple certaines espèces de Marsupiaux (Phalanger volant), de dermoptères et de Rongeurs (polatouches, voir Écureuils).

D'autres espèces ont élu domicile sous terre et sont devenues fouisseuses, par exemple des Insectivores (taupes) et des Rongeurs (gaufres et plusieurs autres espèces), et un grand nombre habitent dans des terriers. Une grande variété d'espèces vivent dans des habitats comme le désert, la toundra, les prairies, les marais et la forêt. Les Mammifères se sont adaptés à diverses ressources alimentaires, provenant principalement de plantes et d'animaux. Parmi ceux qui se nourrissent de plantes, on compte ceux qui broutent les graminées et les herbacées et ceux qui broutent les arbres, les arbustes, certains types de plantes aquatiques, le nectar et le pollen de fleurs. Ceux qui se nourrissent d'animaux recherchent des Insectes et autres invertébrés (Insectivores), des Poissons, des Oiseaux et leurs oeufs, des amphibiens, des Reptiles et d'autres Mammifères.

Dans cet ensemble d'adaptations écologiques, on trouve la compétition pour l'espace, la nourriture et les sites de reproduction ainsi que la relation prédateur-proie, les parasites et les maladies. En occupant plusieurs habitats, les humains ont imposé des conditions particulières qui menacent la survie de plusieurs espèces de Mammifères. Certaines sont disparues, d'autres sont devenues rares, menacées (voir Animaux en voie de disparition) ou se sont éteintes, et quelques-unes ont appris à cohabiter avec les humains.

Relations avec les humains

Les relations entre les humains et les autres espèces de Mammifères commencèrent avec les ancêtres préhominiens, au début de l'évolution des Mammifères. Les humains ont tendance à se distinguer des autres Mammifères qui jouèrent pourtant, de différentes façons, un rôle vital dans l'histoire et le développement de la civilisation humaine, sans que ces façons soient reliées à l'évolution de l'Homo sapiens. Depuis des temps préhistoriques, la viande de Mammifères fut une source importante de nourriture, les peaux et les fourrures fournirent des vêtements et les os furent utilisés pour fabriquer des outils. La graisse de baleine et celle des autres Mammifères servirent, et servent encore aux Inuit, de nourriture et de combustible.

Les Mammifères furent domestiqués bien avant que l'on ne commence à écrire l'histoire, il y a peut-être plus de 9000 ans. Il semble qu'il y a 6000 ans, les habitants de ce qui est aujourd'hui le Danemark et, il y a 6800 ans, ceux de Jéricho, avaient des chiens. On croit que les Chinois commencèrent l'élevage du porc il y a plus de 5000 ans et que les Égyptiens gardaient des chats plus de 2100 ans av. J.-C. Les Mammifères furent utilisés comme gardiens, comme aides de chasse, comme bêtes de somme, comme animaux de trait et à la guerre. Quelques espèces jouèrent un rôle religieux et furent adorées et considérées comme sacrées.

Avec le progrès de la civilisation, les produits de Mammifères devinrent des articles commerciaux très recherchés et jouèrent un rôle capital dans l'exploration et la colonisation de nouvelles terres. Autrefois, le transport terrestre dépendait presque entièrement des chevaux, du bétail et des chameaux. L'agriculture se développa lorsque les Mammifères ont commencé à servir d'animaux de trait et d'élevage. De plus, ils fournissent du lait, du fromage, du beurre, de la graisse, de l'huile, du sang qui sert à la fabrication de divers produits, du feutre, du cuir, de la laine, des poils, de l'ivoire, de la cire, des fanons et des fertilisants.

Certaines espèces jouent un rôle de plus en plus important dans l'acquisition de connaissances qui nous permettent de mieux nous comprendre. Les Mammifères ont été utilisés dans diverses expérimentations pour faire la lumière sur la psychologie du comportement humain. La chirurgie et la plupart des autres disciplines de la recherche médicale ont fait une avancée inestimable grâce à l'utilisation de Mammifères dans les laboratoires. Les Mammifères et les produits qui en découlent sont utilisés pour la mise au point et la production de sérums, de vaccins, d'hormones et d'autres produits, tels que l'insuline, utilisés en médecine moderne. Comme spécimens de dissection, ils sont essentiels dans la formation d'étudiants en science, particulièrement en médecine et autres domaines de la biologie. Ils ont aussi un rôle fondamental dans les travaux de recherche de diverses disciplines des sciences biologiques.

Cependant, nos relations avec les autres espèces de Mammifères n'ont pas toujours été à notre avantage. Les êtres humains primitifs vivaient avec la crainte de se faire tuer et manger par certains Mammifères. Il y a toujours eu des espèces nuisibles aux humains parce qu'elles consomment ou endommagent les réserves de nourriture, les récoltes, le bétail ou l'équipement. Certaines espèces sont porteuses de maladies infectieuses ou de parasites transmis directement aux humains ou indirectement par le bétail. D'autres compétitionnent avec le bétail pour le fourrage.

Les Mammifères indigènes font partie intégrante des ressources naturelles renouvelables : le sol, l'eau, la forêt et la faune, et une saine gestion de chacune de ces ressources demande une certaine compréhension des relations entre les différents éléments de l'environnement global. Une perturbation majeure de l'équilibre d'un milieu a des répercussions importantes et complexes sur celui-ci. Par exemple, lorsque l'on introduit des bovins, des moutons ou des chèvres dans une région et que l'on élimine les herbivores indigènes tels que le bison, l'antilope d'Amérique, le cerf ou le wapiti pour réduire la compétition alimentaire, les Carnivores indigènes se tournent alors vers le bétail. Lorsque l'on élimine ces prédateurs, les lapins et les Rongeurs deviennent des compétiteurs tout aussi importants que l'étaient les Ongulés indigènes. Aucune espèce de Mammifères n'est totalement nuisible ou bénéfique aux humains.

Chaque espèce apprend à vivre en harmonie avec son environnement par des adaptations, des modifications et une évolution graduelles et doit s'adapter aux changements continuels. Maintenant que nous sommes en mesure de modifier rapidement et profondément l'environnement, la survie de la majorité des espèces dépend de plus en plus de nos actions. Les Mammifères ont joué un rôle vital dans notre histoire et ils contribuent énormément à notre bien-être actuel. Leur importance fondamentale et leur valeur économique ne font aucun doute, mais on devrait aussi les considérer dans un contexte culturel et esthétique. Ils font partie de l'histoire religieuse, artistique, mythologique et littéraire. Les gens qui observent les Mammifères dans la nature, même si ce n'est qu'occasionnellement, ne peuvent s'empêcher d'être attirés d'une façon ou d'une autre par ces animaux. Ils sont parfois fascinés par leurs comportements, séduits par leur beauté, leur vitesse, leur puissance, leur agilité et la grâce de leurs mouvements, envieux de leur détermination et de leur autonomie apparentes, intrigués par les adaptations qui leur permettent de survivre, leurs communications vocales et leurs autres modes de communication.

Mammifères du Canada

Quoique le Canada ait une faune mammalienne diversifiée et riche, très peu d'espèces sont exclusivement canadiennes puisqu'on les trouve aussi au Groenland, en Alaska et dans le Nord des États-Unis. Les quelques exceptions sont la marmotte de l'île de Vancouver, la musaraigne de Gaspé et le lemming d'Ungava. Le Canada constitue la limite Nord de la distribution de plusieurs espèces de Mammifères terrestres d'Amérique du Nord. Les Mammifères marins et arctiques sont généralement des espèces des régions circumpolaires nordiques. Il y a eu un échange d'espèces avec l'Ancien Monde par le détroit de Béring, entre autres le caribou (renne), le Wapiti, l'orignal, les ours, les belettes, le Morse, diverses espèces de Rongeurs et d'autres espèces.

D'autres espèces comme l'opossum, le raton laveur et le porc-épic sont arrivées au Canada depuis l'Amérique Centrale et l'Amérique du Sud. Une des espèces vraiment endémiques d'Amérique du Nord est l'Antilope d'Amérique que l'on rencontre dans les prairies du Canada et aux États-Unis. Les Mammifères à fourrure ont joué un rôle déterminant au début de l'exploration et de la colonisation du Canada et sont, depuis, une importante ressource économique (voir Traite des fourrures).

Si on le compare à la plupart des pays du monde, le Canada a la chance d'avoir encore un assez grand nombre de régions naturelles qui offrent de bons habitats à plusieurs espèces de Mammifères. Il a conséquemment moins d'espèces rares ou menacées que la majorité des pays. Avec l'intensification de l'exploitation des territoires par des populations humaines sans cesse croissantes, la sauvegarde des Mammifères indigènes dépend énormément de programmes de conservation éclairés.

Voir aussi les entrées individuelles des espèces.