La magie correspond à une démonstration de phénomènes qui paraissent en contradiction avec les lois de la nature. Pendant des siècles, les soi-disant prophètes, sorciers et guérisseurs se servent de la magie dans la pratique de la sorcellerie ou de rituels religieux, ou pour faire la preuve qu'ils possèdent des pouvoirs surnaturels. En Égypte, on retrouve des mentions datant d'aussi loin que 2700 av. J.-C., qui témoignent de la fascination qu'exercent ces pratiques de magie sur l'être humain. Les peuples autochtones d'Amérique du Nord s'adonnent à la magie bien avant l'arrivée des Européens. Des archéologues ont découvert des Migis (coquillages de porcelaine) largement utilisés par ceux qui pratiquaient la magie dans la région. On croit que ces coquillages servaient non seulement aux rituels mais aussi à la prestidigitation. Les Ojibwés s'adonnent à un « jeu de mocassins » qui ressemble étrangement au fameux « jeu des gobelets » encore très populaire dans les spectacles de prestidigitation modernes.

Le premier illusionniste blanc dont on fait mention au Canada est un certain Maginnis qui se produit à Halifax en 1875. À la fin du XIXe siècle, des illusionnistes canadiens et étrangers font des tournées au Canada, ce qui suscite un engouement pour l'illusionnisme non seulement comme art de spectacle mais aussi comme loisir. L'art de la prestidigitation requiert un éventail particulier de talents variés : habiletés physiques, mentales, artistiques, théâtrales et une grande créativité. Au Canada, plus de 1 700 artistes professionnels ou amateurs s'y adonnent. Les secrets entourant les tours de magie, autrefois jalousement gardés, se trouvent dans toutes les librairies ou bibliothèques publiques. Les fabricants d'articles de magie et de matériel de scène publient des revues et des catalogues pour leurs clients. Les sociétés de magie publient leurs propres journaux auxquels seuls les membres ont accès. La plus importante de ces sociétés est la International Brotherhood of Magicians (IBM), affiliée aux Magic Clubs, que l'on retrouve dans plus de 60 pays. Ce mouvement est fondé à Winnipeg en 1922 par Melvin G. McMullen (nom de théâtre Len Vintus). Le siège social de IBM est maintenant aux États-Unis.

BRUCE POSGATE

Spécialités

L'art de l'illusionnisme comprend généralement cinq catégories : le close-up (escamotage), la magie de scène, le mentalisme, la magie pour enfants et l'évasion. Le close-up est généralement exécuté devant un petit groupe de personnes en utilisant des accessoires qui peuvent tenir dans les mains (cartes, pièces de monnaie, bagues, allumettes, bref, tout ce qui peut être transporté sur soi). Johnny Carson est fasciné par ces tours de passe-passe et s'y adonne lui-même. Ainsi, un grand nombre d'illusionnistes de close-up sont des invités réguliers du Tonight Show pendant toute la période où Carson anime l'émission.

La magie de scène, comme le nom l'indique, se déroule sur une plate-forme ou une scène et devant un public plus nombreux. On retrouve généralement dans cette catégorie les numéros de manipulation (qui accordent une grande place à la prestidigitation), les numéros où les illusionnistes mettent en scène des colombes et les illusions à grand déploiement qui consistent, par exemple, à scier une femme en deux, à s'adonner à la lévitation ou qui présentent d'autres exploits du genre. Tout tour de magie qui ne tombe pas dans ces dernières catégories, comme les trucs et les simples jeux de mains, est considéré comme une performance de scène générale.

On classe dans le mentalisme les numéros de télépathie, la lecture des pensées et les prédictions de bonne aventure. The Amazing Kreskin, qui a souvent été l'invité du Late Night with David Letterman, est probablement le mentaliste le plus reconnu aujourd'hui dans le monde.

La magie pour enfants consiste en des tours et des numéros qui, sans nécessairement déplaire aux adultes, fascinent particulièrement les enfants. En général, il s'agit d'intrigues simples, d'accessoires très colorés et de dialogues verbaux ou gestuels avec les enfants. On pense souvent que l'illusionnisme est réservé à un public d'enfants mais un grand nombre d'illusionnistes s'adressent exclusivement aux adultes, par exemple lors d'expositions et de salons professionnels, de soirées organisées par des entreprises ou dans les clubs, les bars, les restaurants et tout autre endroit où les adultes s'assemblent sans enfants.

Dans la magie d'évasion, l'illusionniste se débarrasse, sans aucune aide, d'une contrainte physique telle que des cordes, des menottes, des manilles, des chaînes, une camisole de force ou une valise dans laquelle il est enfermé. Le plus grand maître de l'évasion de tous les temps est Harry Houdini (né Ehrich Weiss en Hongrie, 1874-1926) dont les évasions originales ne sont toujours pas surpassées. Houdini meurt après avoir reçu un coup à l'estomac dans sa loge au Princess Theatre à Montréal. En fait, une vedette de la boxe de l'U. McGill, qui admire sa force musculaire, se présente dans sa loge et demande s'il peut lui donner un coup de poing à l'estomac. Houdini accepte mais le coup le prend au dépourvu. Une semaine plus tard, le 31 octobre 1926, Houdini meurt des complications d'une perforation de l'appendice.

Les illusionnistes combinent souvent plusieurs spécialités dans leur spectacle. Ainsi, les spécialistes du close-up et de la scène se livrent souvent à des numéros de mentalisme. Les illusionnistes de scène font souvent des numéros de prestidigitation ou de colombes auxquels ils ajoutent une illusion ou deux pour équilibrer le tout. Certains spectacles présentent des numéros de toutes les catégories. Par exemple, à l'aide d'une caméra et d'un écran géant de télévision, David Copperfield peut s'adonner au close-up sur scène.

Illusionnisme au Canada

Un grand nombre d'illusionnistes canadiens sont reconnus sur la scène internationale dans chacune de ces spécialités, soit comme inventeurs, auteurs, artistes de spectacle ou professeurs.

Le Torontois Ross Bertram (né John Ross Bertram, 1912-1992) est généralement considéré comme un des plus grands prestidigitateurs au monde. Ses techniques originales, principalement celles qu'il utilise pour la manipulation des pièces de monnaie, sont reconnues comme pouvant tromper même le plus fin connaisseur. Il est aussi reconnu comme un des pionniers des spectacles donnés dans le cadre d'expositions et de salons professionnels.

Jay Sankey (né en 1965) et Gary Kurtz (né en 1954), tous deux de Toronto, sont non seulement reconnus comme les plus grands innovateurs au monde en close-up mais ils sont aussi des auteurs de renom. Leur approche visuelle unique leur permet de concevoir des numéros particulièrement saisissants. Par exemple, Sankey a mis au point un numéro où l'illusionniste fait passer instantanément des cartes à travers la paroi d'un ballon gonflé et celles-ci se retrouvent enfermées à l'intérieur. Avec la permission de Sankey, David Copperfield a exécuté une version de ce tour dans le cadre d'une émission spéciale à la télévision.

Parmi les autres illusionnistes torontois à se distinguer, citons Sid Lorraine, inventeur, auteur et artiste de spectacle; David Ben, spécialiste de la magie de scène et du close-up; Howard Lyons, auteur et éditeur; Bob Farmer, inventeur et auteur; Bruce Posgate, inventeur, auteur et artiste de spectacle; Normand Houghton; et David Drake.

Stewart James de Courtright, en Ontario, est considéré comme l'un des inventeurs d'illusions les plus brillants et les plus prolifiques de notre époque. De son côté, Greg Frewin de Stony Creek, en Ontario, spécialiste des tours avec des colombes, est reconnu pour ses prestations et ses techniques ultra modernes qui lui ont valu des prix.

Winnipeg peut s'enorgueillir d'avoir vu naître Douglas James Henning (né en 1947), l'illusionniste canadien le plus connu. Henning avait obtenu une bourse du CONSEIL DES ARTS DU CANADA pour aller étudier avec certains des plus grands illusionnistes au monde. À son retour, Henning crée Spellbound et présente ce spectacle au ROYAL ALEXANDRA THEATRE de Toronto. Cette expérience débouche sur son Magic Show qui tient l'affiche à Broadway pendant plus de quatre ans. En 1974, il présente son premier spectacle à la télévision, le TV Spectacular : regardé par 60 millions de téléspectateurs, ce spectacle suscite l'engouement du public pour l'illusionnisme. D'autres émissions spéciales du même genre lui valent un Emmy ainsi que sept nominations pour ce célèbre trophée. En 1982, il crée Merlin, deuxième spectacle pour Broadway qui reste à l'affiche pendant plusieurs mois. Chaque semaine, la vente des billets atteint des records. À la fin des années 80 et dans les années 90, Henning met l'illusionnisme de côté et se présente aux élections comme membre du Parti de la loi naturelle du Canada. Il recueille également des fonds pour Veda Land, un concept de parc thématique qu'il a créé avec le Maharishi Mahesh Yogi.

Vivent aussi à Winnipeg d'autres imminents illusionnistes, notamment Brian Glow, Dean Gunnarson (spécialiste de l'évasion), James Cielen (tours avec des colombes) et, finalement, l'inventeur Mel Stover.

Le Montréalais Carl Cloutier (né en 1955) réussit un exploit sans précédent : en un an, il remporte cinq des plus prestigieuses compétitions internationales de close-up ainsi que celle organisée par la Fédération internationale des Sociétés Magiques à Yokohama (Japon) en 1994. Considéré comme l'un des prestidigitateurs les plus innovateurs au monde, Cloutier offre, à ses confrères illusionistes, des ateliers sur ses techniques. Il est reconnu pour sa prestidigitation très sobre où il utilise très peu d'accessoires et aucun dispositif truqué. Un des tours qui a fait sa réputation est celui où il emprunte l'anneau d'un spectateur et le fait disparaître dans ses mains nues. Il pointe ensuite vers un kiwi qui, bien avant le début du tour, repose sur une table loin de sa portée. Lorsqu'il coupe le kiwi en deux, l'anneau se retrouve à l'intérieur.

Les gens de l'Est du Canada sont familiers avec le nom de « Magic Tom » Auburn (1917-1990), particulièrement ceux de Montréal, ville natale de Auburn, où il passe régulièrement à la chaîne CTV. En 1961, il commence une série d'émissions hebdomadaires pour enfants, le Magic Tom's Road Show, qui sera diffusée pendant 15 ans et deviendra la série télévisée la plus longue de toute l'histoire de la télévision à Montréal. La station de télévision reçoit parfois jusqu'à 20 000 lettres par semaine faisant l'éloge de son travail. En 1976, il passe à la chaîne française et, pour les cinq prochaines années, il apparaît quotidiennement à l'émission Nouveaux tennants. Il est un des pionniers de l'illusionnisme à la télévision canadienne.

D'autres illusionnistes montréalais se distinguent aussi. Parmi eux, on trouve Richard Sanders, inventeur et artiste de close-up ; Jean Boucher, inventeur, artiste de close-up et de scène; Romaine, artiste de close-up et de scène; William Vermeys, illusionniste de scène (illusions avec des colombes); Phil Matlin, inventeur et distributeur d'articles de magie; David Acer, inventeur, auteur et artiste de close-up; et Alain Choquette, illusionniste de close-up et de scène généralement reconnu comme le « Copperfield du Québec ».

Gary Ouellet de Québec, avocat canadien de renom, est aussi un des plus grands innovateurs au monde en terme d'illusionnisme. Reconnu pour l'originalité de son approche théâtrale, il est l'auteur de plusieurs livres portant sur ses tours originaux et on le retrouve sur plus d'une vingtaine de cassettes vidéo. Ouellet est le représentant nord-américain pour la chaîne Tenyo du Japon qui produit une série d'articles de magie; il travaille aussi à titre de consultant auprès d'illusionnistes comme Lance Burton, Melinda et David Copperfield. Ouellet a participé à la production d'émissions spéciales à la télévision, notamment trois à CBS mettant en vedette David Copperfield; deux World's Greatest Magic specials à NBC; et The Champions of Magic à ABC. En 1996, l'Academy of Magical Arts (Californie) lui attribue un Award of Merit pour son extraordinaire contribution au monde de l'illusionnisme, un prix est aussi décerné à Bob Jaffe et Gary Pudney.

Éditeurs et fabricants

Chaque grande ville au Canada possède au moins une boutique d'articles de magie, mais très peu d'éditeurs et de fabricants sont reconnus sur la scène internationale. Morrisey Magic de Toronto, Micky Hades International de Calgary, Videonics de St. John's (Terre-Neuve), Perfect Magic de Montréal et l'Académie de magie Camirand Inc. de Longueuil (Québec) fabriquent tous du matériel qui est distribué dans le monde entier y compris des livres, des vidéos, des tours et des accessoires.

Illusionnistes canadiens vivant aux États-Unis

Né près d'Ottawa en 1894, Dai Vernon (né David Frederick Wingfield Verner) est probablement le plus prestigieux illusionniste à avoir émigré aux États-Unis. L'Academy of Magical Arts l'invitent à devenir la « légende vivante » du Magic Castle à Hollywood. Un grand nombre de personnes le considèrent comme le plus grand illusionniste de tous les temps. Ses techniques innovatrices, particulièrement en close-up, sont reconnues pour avoir confondu même les autres illusionnistes de son époque. En fait, il est surtout connu pour l'invention d'un tour de cartes qui a mystifié Houdini lui-même. Ses écrits sont maintenant considérés comme des classiques et les illusionnistes d'aujourd'hui exécutent encore ses routines. Il meurt en 1992 à l'âge de 98 ans.

James Randi, (né Randall Zwinge, en 1928) connu aussi sous le nom de « The Amazing Randi », est à la fois auteur et spécialiste de l'évasion. Reconnu pour ses coups de publicité bien montés mais de mauvais goût, notamment lorsqu'il s'est libéré d'une camisole de force tout en étant suspendu la tête en bas au-dessus des chutes Niagara, il est aussi connu pour ses croisades contre ceux qui affirment posséder des pouvoirs psychiques. À cet égard, il est l'auteur de The Truth about Uri Geller and Flim Flam: Psychics, ESP, Unicorns and Other Delusions.

Parmi les autres illusionnistes célèbres vivant aux États-Unis, citons John Booth, auteur et artiste de spectacle et James Dimmere, artiste de scène (tours avec des colombes).

DAVID ACER

Auteurs ayant contribué à cet article: