Jeunesse et carrière de hockeyeur

Lanny McDonald naît à Hanna, en Alberta. Il est le cadet des quatre enfants de Lorne et Phyllis McDonald. Lanny McDonald passe son enfance sur la ferme familiale à Craigmyle, en Alberta, à environ 25 km de Hanna. Son père gère la ferme tandis que sa mère enseigne à l’école du coin. Lanny dira plus tard que l’éducation qu’il a reçue dans ses jeunes années lui a appris l’importance du travail et de la famille. Lors d’une entrevue avec le Calgary Herald en 2013, il dit : « Je crois que quand vous grandissez sur une ferme et que vous faites partie de la vie sur la ferme et du travail dur qui vient avec, vous appréciez vraiment ce qu’une famille doit faire pour faire marcher les choses. »

LE SAVIEZ-VOUS?
Lanny McDonald n’est pas la seule célébrité canadienne originaire de Hanna, en Alberta. En fait, la petite ville est sans doute mieux connue comme étant le lieu où le groupe rock Nickelback a vu le jour.

Lorne McDonald adore le hockey et est un fervent partisan des Maple Leafs de Toronto. En fait, il donne à son fils Lanny le second prénom King, en l’honneur de « King » Clancy. Le jeune Lanny McDonald apprend à patiner à l’âge de cinq ans et tire des rondelles au sous-sol avec son grand frère. On lui permet aussi de jouer au hockey avec les amis de son frère, « du moment que je pouvais suivre leur rythme sans pleurnicher. Ça a probablement joué en ma faveur. On n’avait pas grand-chose, mais du terrain, on en avait en masse. Et nous avions la famille, et rien n’était plus important que ça. »

Lanny McDonald joue dans la ligue de hockey mineure pendant plusieurs années avant de décider à l’âge de 16 ans de passer les essais pour la ligue de hockey junior de l’Alberta. Il marque seulement 2 buts en 34 parties pendant sa première saison avec les Sugar Kings de Lethbridge (1969-1970), mais s’améliore grandement lors de la saison suivante, avec 37 buts et 45 passes en 45 parties. Cette saison-là, il joue aussi six parties avec les Centennials de Calgary dans la Ligue de hockey junior de l’ouest du Canada (LHJOC). Il joue les deux saisons suivantes dans la LHJOC avec les Tigers de Medecine Hat, comptant 50 buts en 1971-1972 et 62 buts en 1972-1973. Quand il se présente au repêchage des amateurs de la LNH en 1973, il est l’un des participants favoris, reconnu pour ses tirs, son talent pour le patinage et son endurance.

Lors du repêchage des amateurs de LNH en 1973, Lanny McDonald est le premier choix des Maple Leafs de Toronto, et le quatrième en tout. Il s’agit d’un rêve devenu réalité pour le jeune joueur, d’autant plus que son père et lui sont des grands admirateurs de l’équipe torontoise.

En grandissant, j’ai écouté Foster Hewitt – nous n’avons pas eu de télé avant mon dixième anniversaire – j’ai écouté les Leafs avec mon père les samedis soirs… Surtout à cause de ce lien avec mon papa, qui adore les Maple Leafs de Toronto, alors bien sûr j’ai fini par les aimer aussi, et avoir la chance d’aller là-bas et de jouer… c’est, simplement, tellement fantastique.

Ses débuts avec les Leafs sont plutôt laborieux, avec un total de 31 buts lors de ses deux premières années. En 1975-1976, cependant, les choses changent. L’entraîneur Red Kelly place Lanny McDonald dans la même ligne que Darryl Sittler. Il s’avère bientôt que les deux hommes sont sur la même longueur d’onde. Comme Darryl Sittler le dit plus tard : « [...] c’est vite devenu une situation instinctive et intuitive. Chacun de nous savait où l’autre allait sur la glace. Lanny jouait chaque soir, et il avait un lancer très bon et très précis. » Lanny McDonald éblouit en 1975-1976, comptant davantage de buts et de points en une seule saison que lors des deux dernières campagnes combinées. Au cours des trois prochaines saisons, il est l’un des six meilleurs compteurs de buts dans la ligue, avec une moyenne de 45 buts par saison. Cependant, en décembre 1979, il est échangé aux Rockies du Colorado par Punch Imlach, au grand dégoût de ses admirateurs et de ses coéquipiers, incluant Darryl Sittler.

Lanny McDonald joue seulement deux ans pour le Colorado – y compris une saison (1980-1981) en tant que capitaine avant d’être échangé une fois de plus en novembre 1981, cette fois avec les Flames de Calgary.

Les Flames de Calgary

Calgary peut vite se féliciter d’avoir acquis Lanny McDonald. « La minute – non, la seconde – de son entrée dans le vestiaire, tout change » pour l’équipe, selon le directeur-gérant Cliff Fletcher. Lors de sa première saison avec les Flames (1982-1983), Lanny McDonald est spectaculaire. Il compte 66 buts (surpassé seulement par Wayne Gretzky dans la ligue) et manque tout juste de finir la saison avec 100 points (devant se contenter de 98 points). Il remporte aussi le trophée Bill Masterton, remis au joueur « ayant le mieux illustré la persévérance, l’esprit sportif, et le dévouement au hockey. »

Avec les Flames, Lanny McDonald joue quelques-unes des meilleures parties de sa carrière et est capitaine pendant six ans. En 1988, il devient le premier lauréat du trophée King Clancy en reconnaissance de son leadership, tant sur glace qu’en dehors de la patinoire, ainsi que pour ses contributions humanitaires (voir Activités caritatives plus bas). Lanny McDonald prend sa retraite après que Calgary ait remporté la coupe Stanley de la saison 1988-1989, ayant marqué 500 buts et 1 006 points pendant les 1 111 parties en saison régulière de sa carrière dans la LNH.

Compétitions internationales

Lanny McDonald est choisi pour jouer dans l’équipe canadienne lors de la Coupe Canada de 1976, un tournoi international où s’affrontent des équipes provenant du Canada, des États-Unis, de l’URSS, de la Suède, de la Finlande et de la Tchécoslovaquie. Il joue cinq parties et fait deux passes lors du tournoi, dont le but en prolongation marqué par son coéquipier des Leafs, Darryl Sittler, qui remporte la série pour le Canada. Lanny McDonald fait aussi partie de l’équipe d’élite de la LNH qui joue contre l’URSS lors de la série Challenge Cup de 1979, qui est remportée par les Soviétiques. Il joue une fois de plus pour le Canada lors des championnats du monde de hockey sur glace de 1981, comptant trois buts en huit parties (le Canada termine en quatrième position).

Directeur de hockey

Après avoir pris sa retraite de la LNH, Lanny McDonald devient vice-président des Flames de Calgary et occupe divers postes dans l’équipe jusqu’en 2003. Il est aussi le directeur principal de l’équipe nationale masculine lors des championnats du monde de 2001 et 2002 et directeur du personnel des joueurs pour les championnats de 2004, où le Canada remporte la médaille d’or. Il siège pendant plusieurs années au comité de sélection du Temple de la renommée du hockey, et devient en 2015 le président du Temple de la renommée du hockey.

L’homme derrière la moustache

Lanny McDonald est célèbre pour son lancer, son endurance, son dévouement, son éthique de travail – et son impressionnante moustache rousse. Il dit avoir été inspiré de laisser pousser sa moustache dans les années 1970 par la remarquable pilosité faciale du lanceur de relève des Yankees de New York, Albert Walter « Sparky » Lyle. « Je ne l’ai pas laissée pousser pour attirer l’attention », remarque-t-il en 2017. « Mais ça devient une partie de votre personnalité, de votre image. Est-ce que j’ai déjà imaginé à quel point elle ferait parler d’elle? Non. Jamais de la vie. Elle a certainement perdu sa couleur rouge, mais je ne pourrai jamais la raser ».

Activités caritatives

Lanny McDonald est bien connu pour ses activités caritatives, notamment son engagement de longue date avec les Olympiques spéciaux. Depuis 1974, il représente les Maple Leafs de Toronto aux Jeux olympiques spéciaux d’été, en plus de participer à des campagnes de sensibilisation et de collecte de fonds avec l’organisation. En 1986, il entraîne l’équipe canadienne de hockey en salle et est entraîneur honoraire pour les Jeux olympiques spéciaux d’été de Calgary. Il collabore aussi avec la Flames Foundation for Life, le Miracle Network pour enfants et le Fond Sans limites.

Lanny McDonald est reconnaissant à son père – qui a été pendant des années le secrétaire-trésorier du Stampede de Hand Hills – pour lui avoir montré l’importance de redonner à la communauté. « Quand j’ai quitté le nid familial, mon père m’a dit : “J’espère que ton talent de hockey sera reconnu. Mais j’espère encore plus que quand ils parleront de toi, ils parleront de Lanny McDonald, l’homme” », raconte-t-il à l’Edmonton Journalen 2008. « J’y ai pensé et me suis dit : mais qu’est-ce qu’il veut dire exactement? [...] Ce qu’il me dit, en fin de compte, c’est de vivre ma vie de façon intègre, de faire partie de ce qui se passe dans le monde. Il est le meilleur exemple que je puisse donner pour illustrer ce que c’est que d’aider à faire une différence. »

Vie privée

Lanny McDonald et sa femme Ardell ont quatre enfants – leurs fils Barrett et Graham et leurs filles Andra et Leah – ainsi que plusieurs petits-enfants. Dans Captain: My Life and Career (2016), son ancien coéquipier des Leafs, Darryl Sittler, résume son ami avec ces mots : « Lanny McDonald est un gars vraiment authentique, terre-à-terre, sincère, un type avec un grand cœur. Le grand amour qu’il porte à sa femme et ses enfants… il faut le voir pour le croire! C’est un gars unique en son genre, avec une fiabilité et une générosité qui en font un ami pour la vie. »

Prix et distinctions