Le Ku Klux Klan est une société secrète illégale, raciste et ultraconservatrice dédiée à la suprématie d’une société protestante et anglo-saxonne. En dépit de son manque de succès ailleurs au Canada, le Klan a connu une brève période de popularité en Saskatchewan dans les années 1920.

Fondation

Le Ku Klux Klan (le nom provient du mot grec kylklos, ou cercle, donc « Kyklos Klan ») est fondé en novembre 1865 à Pulaski au Tennessee par six anciens soldats ayant combattu pour la Confédération pendant la guerre civile américaine. Après le meurtre et le lynchage de plusieurs noirs et nordistes, entre autres crimes violents et sordides, le Klan est déclaré illégal aux États-Unis en 1871.

Le « KKK » se manifeste cependant de nouveau en novembre 1915 à Atlanta, en Géorgie. Ses partisans sont pour la plupart des Américains blancs de classe moyenne ou inférieure craignant l’effritement de leurs valeurs conservatrices et rurales.

Pour signaler leur présence, les membres du Klan ont la coutume d’ériger une croix chrétienne et d’y mettre le feu. Leurs doctrines et leurs actions violentes sont motivées par la haine des autres races et des autres religions.

Le Klan au Canada

En 1921, on rapporte que le Klan s’est établi à Montréal. Quatre ans plus tard, plusieurs autres « klans », ou filiales régionales, ont été établis d’un bout à l’autre du Canada.

Comme leurs homologues américains, les klansmen canadiens sont possédés par une haine fanatique de tout ce qui a rapport au catholicisme romain et craignent que la pureté de la race anglo-saxonne ne soit mise en péril par l’arrivée de nouveaux immigrants. De plus, ils n’hésitent pas à commettre des crimes pour atteindre leurs buts.

Le Klan ne séduit qu’un petit nombre de Canadiens et demeure relativement peu connu, sauf en Saskatchewan. En 1927, près de 100 000 $ sont volés à la filiale du Klan en Saskatchewan par des organisateurs américains. L’organisation saskatchewannaise s’en remet rapidement : à son apogée vers la fin des années 1920, elle se vante de compter 40 000 membres.

L’influence du Klan contribue aussi à la défaite du premier ministre libéral J. G. Gardiner par le chef conservateur J.T.M. Anderson lors de l’élection provinciale de 1929, mettant fin à 24 ans de gouvernement libéral en Saskatchewan.

Déclin

Dans les décennies qui suivent, le Klan décline rapidement en Saskatchewan et dans le reste du pays. Vers la fin des années 1970, le Klan tente une fois de plus de s’établir au Canada, notamment en Ontario, en Alberta et en Colombie-Britannique.

Cependant, étant donné son objectif avoué d’imposer la suprématie de la race blanche et les nombreux crimes commis par le Klan américain pendant cette période, l’organisation éprouve de la difficulté à trouver des recrues et le public canadien ne lui accorde plus aucune crédibilité.

De nos jours, le Klan ne compte qu’un petit nombre de partisans, pour la plupart des individus associés à des groupes marginaux et plus ou moins criminels militant pour la suprématie blanche.

Voir aussi Préjugés et discrimination.