Julie Payette, astronaute (Montréal, 20 octobre 1963). Après avoir obtenu un bac international (1982) au United World International College (UWC) of the Atlantic au Pays de Galles, Royaume-Uni, elle décroche un bac en génie électrique de l'Université McGill (1986) et une maîtrise en sciences appliquées de l'Université de Toronto (1990).

Elle acquiert son expérience à l'occasion d'activités de recherche en informatique, notamment dans le traitement du langage naturel, la reconnaissance vocale automatique, et en application de technologies interactives au domaine spatial. De 1986 à 1988, Julie Payette travaille comme ingénieure chez IBM Canada. De 1988 à 1990, elle a participé à un projet sur l'architecture d'ordinateurs à haute performance. En 1991, elle travaille à titre de scientifique invité au Communications and Computer Science Research Laboratory d'IBM à Zurich, en Suisse. À son retour au Canada, en janvier 1992, Julie Payette se joint au groupe de recherche sur la parole chez Recherches Bell-Northern à Montréal.

Sélectionnée comme astronaute par l'Agence spatiale canadienne en juin 1992, Julie Payette suit d'abord un entraînement au Canada. Après avoir complété son entraînement de base, elle travaille comme conseillère technique pour le Système d'entretien mobile (MSS), un système robotique qui constitue la contribution canadienne à la Station spatiale internationale. En 1993, elle fonde un groupe de recherche sur l'interaction personne-ordinateur et est également l'une des spécialistes techniques du groupe international d'études sur le traitement de la parole RSG-10 de l'OTAN (1993 à 1996).

Durant sa préparation pour une mission spatiale, Julie Payette étudie le russe et effectue plus de 120 heures de vol en apesanteur à bord de différents avions paraboliques (KC-135, T-33, Falcon-20, DC-9). En avril 1996, elle complète, à Vancouver, un programme d'entraînement de plongée en eaux profondes dans un scaphandre pressurisé et obtient son brevet d'opérateur et, en février 1996, son grade de capitaine de jet militaire à la base des Forces canadiennes de Moose Jaw en Saskatchewan. Ayant obtenu sa qualification militaire de vol aux instruments, elle continue de piloter régulièrement avec l'escadron d'entraînement. Julie Payette a enregistré plus de 700 heures de vol, dont 150 heures sur le jet Tutor CT-114.

La jeune voyageuse de l'espace a commencé en août 1996 un entraînement de spécialiste de mission au Johnson Space Center à Houston au Texas. Après un an d'entraînement et d'évaluation, elle est affectée aux dossiers techniques de la division de robotique/EVA du Bureau des astronautes. Après avoir complété avec succès son entraînement, elle est reçue spécialiste de mission de la NASA en avril 1998.

Du 27 mai au 6 juin 1999, Julie Payette prend part à la mission STS-96 à bord de la Navette spatiale Discovery, une mission de logistique et de ravitaillement de la Station spatiale internationale d'une durée de 10 jours, devenant ainsi la première Canadienne à participer à une mission d'assemblage de la Station spatiale internationale et à monter à bord de la station spatiale.

Julie Payette est membre de l'Ordre des ingénieurs du Québec, et a siégé au Conseil de recherche en sciences naturelles et en génie (CRSNG) du Canada (1995-1998). Elle est reçue membre de l'Académie canadienne de génie.