Joanna Glass

Joanna McClelland Glass, dramaturge, romancière (Saskatoon, Saskatchewan., 7 oct. 1936). Depuis le début des années 1970, Glass participe de façon marquante à l'élaboration d'un théâtre canadien original. Ses descriptions de la vie familiale dans les Prairies, évoquant des tableaux sombres où transparaissent une irrépressible créativité et la douleur de l'isolement, font dorénavant partie intégrante de l'imaginaire national. Riche de son expérience d'écrivaine qui a souvent traversé la frontière, elle dépeint la vie familiale de deux perspectives différentes : la canadienne et l'américaine, ce qui lui permet de faire des comparaisons ironiques entre les valeurs et les attitudes de part et d'autre. Son point de vue féministe et sa prédilection pour l'autobiographie la situent au cœur de la culture contemporaine et des discours théoriques.

Joan Ruth McClelland, de son nom à la naissance, découvre le théâtre à l'école secondaire et, peu de temps après l'obtention de son diplôme, entre dans la troupe Saskatoon Community Players. Après s'être établie à Calgary pour y travailler dans une station de radio, elle s'inscrit au théâtre amateur de Betty Mitchell, Workshop 14. En 1957, pour son interprétation d'Anne Boleyn dans Anne of the Thousand Days de Maxwell Anderson, pièce jouée dans le cadre du Festival national d'art dramatique, elle remporte une bourse pour étudier l'interprétation au Pasadena Playhouse, en Californie. Ensuite, elle s'installe à New York où elle rencontre le physicien Alexander Glass, qu'elle épouse en 1959. Ils divorcent en 1976.

Elle commence à écrire alors qu'elle est une jeune mère de trois enfants. Cependant, ce n'est qu'en 1972 que ses pièces en un acte, Canadian Gothic et American Modern, sont présentées au Manhattan Theatre Club, à New York, mises en scène par Austen Pendleton. La première canadienne a lieu au Pleiades Theatre de Calgary, avec une mise en scène de Ken Dyba. Comme plusieurs de ses pièces ultérieures, Canadian Gothic est inspirée de son enfance en Saskatchewan et décrit les effets émotionnellement débilitants de la vie dans l'environnement rude du Canada. Canadian Gothic est adaptée pour la radio par la SRC en 1974 et par la BBC en 1983, et demeure une des pièces de Glass les plus fréquemment mises en scène.

Artichoke, sa comédie mettant en vedette Colleen DEWHURST, est montée au Long Wharf Theatre, à New Haven, en 1975, puis reprise au TARRAGON THEATRE, à Toronto, en 1976. L'œuvre est bien reçue dans tout le Canada en tant que pièce véritablement canadienne qui parvient à évoquer visuellement le paysage des Prairies pendant la Crise des années 1930.

To Grandmother's House We Go est d'abord présentée à Houston, puis en 1980, à New York. Ce tableau d'un conflit intergénérationnel prend un tour ironique quand, à la suite du décès de la grand-mère lors d'une réunion familiale le jour de l'Action de grâce, la mère rejette la dépendance des membres adultes de sa propre famille à son égard.

Play Memory (1983) revient au paysage désolé de la Saskatchewan rurale pendant la Crise des années 1930 et décrit le comportement abusif d'un homme qui tente de dominer sa femme et sa fille. La pièce est présentée à Broadway, mise en scène par Harold Prince, et est en nomination pour un prix Tony. La première canadienne a lieu en 1986 au 25TH STREET THEATRE CENTER de Saskatoon.

If We Are Women qui tire son titre de A Room of One's Own (v.f. Une chambre à soi) de Virginia Woolf (« Car nous, c'est à travers la pensée de nos mères que nous pensons, si nous sommes femmes »), est montée au Williamstown Theatre Festival, au Massachusetts, en 1993 et est ensuite jouée partout au Canada, dans une coproduction des compagnies VANCOUVER PLAYHOUSE et CANADIAN STAGE, et au théâtre CENTAUR à Montréal, de même qu'au THEATRE CALGARY et au CITADEL THEATRE d'Edmonton. En Angleterre, elle est mise en scène par Richard Olivier et met en vedette Joan Plowright. Cette pièce relève également de l'autobiographie en décrivant les relations entre une écrivaine représentée « au début de la quarantaine, qui se confie au spectateur, mais toujours d'une façon délicate, nostalgique, un brin humoristique, en évitant l'apitoiement sur son propre sort » [trad. libre], sa mère illettrée originaire de la Saskatchewan, sa belle-mère intellectuellement sophistiquée et sa fille adolescente rebelle.

Glass écrit sa comédie Yesteryear pendant qu'elle est dramaturge en résidence au CentreStage, à Toronto. La pièce est jouée pour la première fois au St. Lawrence Centre en 1989 et reprend l'affiche au BLYTH FESTIVAL, en 1988, et avec la Canadian Stage Company, en 1989. Dans Yesteryear, Glass trace un portrait fictif du Saskatoon de son enfance, où le bonheur aurait régné. L'histoire se déroule en 1948 après l'entrée au pouvoir d'un gouvernement CCF. Le personnage masculin gagne à la loterie et obtient une deuxième chance dans une relation, de même que dans le choix d'une carrière politique réformiste.

Trying (2004) est crée à New York puis jouée dans plusieurs villes canadiennes et américaines, dont Chicago, Ottawa et Toronto. L'action se situe en 1967 et raconte une relation de travail de Glass à titre de jeune Canadienne des Prairies, avec Francis Biddle, procureur général sous l'ancien président des États-Unis, Franklin D. Roosevelt, et juge aux procès de Nuremberg. L'histoire se déroule pendant la dernière année de sa vie, quand il songe à sa mort et à son héritage, mais l'accent est mis sur la résolution grandissante de sa secrétaire de devenir écrivaine et de transcender les limites de son hérédité et de son milieu. Le croisement des perspectives canadienne et américaine, ainsi que celui de l'âge et de la jeunesse servent de fil conducteur à de nombreuses pièces de Glass.

Palmer Park est créée au Studio Theatre à l'occasion du FESTIVAL DE STRATFORD en 2008. Cette œuvre met en relief la fin d'une amitié entre deux familles, l'une de race blanche et l'autre de race noire, divisées par la lutte pour un milieu éducatif libre de discrimination après les émeutes raciales de Detroit en 1967. La pièce est inspirée du vécu de la dramaturge dans cette ville dans les années 1960.

En 2010, sa pièce Mrs Dexter and her Daily est créée au CENTRE NATIONAL DES ARTS. Elle inclut deux monologues : le premier d'une femme âgée fougueuse dont le mari l'a quittée pour une voisine, et le deuxième de sa femme de ménage qui a le même tempérament que sa patronne.

On doit également à Glass deux romans : Reflections on a Mountain Summer (Knopf, 1975) et Woman Wanted (St. Martin's, 1984), dont elle tire deux scénarios pour Lorimer Studios et Warner Brothers.

Elle reçoit trois bourses : une bourse Rockefeller, une bourse du National Endowment for the Arts et une bourse de recherche Guggenheim. Ses manuscrits font partie des archives des collections spéciales de la bibliothèque de l'Université de Calgary.