Guillemot

Il existe deux espèces de guillemots du genre Uria : le Guillemot marmette (Uria aalge) et le Guillemot de Brünnich (U. lomvia). Depuis la récente disparition du grand pingouin, ces guillemots sont devenus les plus gros représentants vivants de la famille des ALCIDÉS. Ils pèsent de 800 à 1100 g et mesurent jusqu'à 46 cm de longueur. Leur plumage est brun foncé ou noir sur le dessus et d'un blanc immaculé en dessous. Comme tous les oiseaux de cette famille, ils vont sur la terre ferme seulement pour y nicher.

Ces deux espèces de guillemots fréquentent les eaux froides du Pacifique Nord et de l'Atlantique Nord, ainsi que les régions adjacentes de l'océan Arctique. Le Guillemot marmotte niche surtout en milieu boréal et dans le bas Arctique alors que le Guillemot de Brünnich se reproduit généralement plus au nord dans l'Arctique.

Ces deux guillemots nichent souvent en colonies denses aménagées sur des falaises et dans des îles côtières. Ils pondent un seul gros oeuf, déposé directement sur une saillie de roche nue, située sur la paroi ou au sommet d'une falaise. Ils se reproduisent pour la première fois à l'âge de cinq ans. Les parents assument tous les deux l'incubation, qui dure environ de 32 à 34 jours. L'unique petit est nourri sur place pendant 15 à 20 jours et est ensuite conduit à la mer par un des parents, habituellement le mâle, qui le surveille et le nourrit encore par la suite pendant quatre à huit semaines.

Au Canada, les deux espèces sont surtout abondantes sur la côte atlantique. Quelques Guillemots marmettes nichent en Colombie-Britannique. Près de 90 p. 100 des Guillemots marmettes de l'est de l'Amérique du Nord nichent à Terre-Neuve, où 400 000 couples de guillemots (67 p. 100 de la population de cette espèce) se retrouvent à l'ÎLE FUNK.

Quelques Guillemots de Brünnich nichent dans la portion occidentale de l'Arctique, bien que la majorité d'entre eux soient répartis dans 11 colonies situées dans l'est de l'Arctique. On compte 1,6 millions de couples de Guillemots de Brünnich dans l'est du Canada, ce qui représente à la population entière vivant dans l'est de l'Amérique du Nord et 75 p. 100 de tous les Guillemots de Brünnich qui nichent dans la partie occidentale de l'Atlantique Nord. Le nombre de guillemots a grandement diminué au cours du XXe siècle, notamment à cause des perturbations de leur habitat par l'homme, de la chasse, de la pollution par les hydrocarbures et probablement aussi à cause de l'expansion des pêcheries.

Les guillemots sont chassés par les habitants de Terre-Neuve et du Labrador et par les autochtones. Les résidents de Terre-Neuve ont obtenu le droit de chasser les guillemots dès leur entrée dans la Confédération en 1949. Jusqu'en 1994, il n'existait aucune limite au nombre de prises permis et un seul chasseur pouvait prendre plus de 500 oiseaux par jour. Durant les années 1970 et 1980, le nombre total des prises pouvait atteindre entre 600 000 et 900 000 par an. Même si des règlements sont maintenant en place, leur application est difficile.