Gale verruqueuse de la pomme de terre

La gale verruqueuse de la POMME DE TERRE, aussi connue sous le nom de gale noire, est un champignon qui se développe sur les pousses, les yeux et les stolons de la pomme de terre. Elle n'affecte pas les racines. La maladie touche principalement les jardins potagers où les pommes de terre sont cultivées de façon continue; elle se propage par la manutention de SOLS et de pommes de terre contaminés, les excréments d'animaux nourris de pommes de terre infectées, les instruments de creusage, les chaussures, etc. La maladie est présente partout à travers le monde, surtout dans les environnements frais et humides.

La gale verruqueuse est détectée pour la première fois en Amérique du Nord à Terre-Neuve en 1909, par le directeur du Service fédéral de botanique H. Güssow. En 1912, Ottawa défend l'introduction au Canada de terre et de produits en provenance de Terre-Neuve. Cette quarantaine est toujours effective, et les transporteurs routiers en partance de l'île de Terre-Neuve sont inspectés pour la présence de terre ou de matériaux interdits. En 2000, la maladie est découverte dans plusieurs champs de l'Île-du-Prince-Édourad; elle est soumise à une inspection détaillée et à des mesures de contrôle par l'Agence canadienne d'inspection des aliments.

L'agent qui cause la maladie est un organisme unicellulaire appelé le Synchytrium endobioticum, un champignon (Chytridiomycète) avec une histoire de vie compliquée. Les symptômes les plus évidents de la maladie sont des proliférations, autour des cellules infectées, de tissus souples en forme de chou-fleur. Ces gales verruqueuses sont d'abord blanches mais peuvent tourner au vert si elles grossissent et sont exposées à la lumière au-dessus du sol. Les tissus de la gale verruqueuse noircissent éventuellement, puis ils pourrissent et relâchent des spores aux parois épaisses et durables, qui peuvent vivre jusqu'à 40 ans dans le sol. Comme le contrôle chimique de la gale verruqueuse est très difficile et peut endommager des organismes bénéfiques dans le sol, des variétés de pommes de terre résistantes sont cultivées afin de contrôler la maladie. Une autre alternative consiste à mettre les terres infestées hors production.