Frank Gehry, architecte (Toronto, 28 févr. 1929). Frank Gehry grandit à Toronto et, à l'âge de 17 ans, s'installe avec sa famille à Los Angeles. En 1954, il obtient un baccalauréat en architecture de l'Université Southern California et étudie l'urbanisme à la Graduate School of Design de l'Université de Harvard. La carrière de Gehry s'étendra sur une quarantaine d'années et il concevra des bâtiments publics et privés en Amérique, en Europe et en Asie. À la fin du XXe siècle, Gehry est devenu l'un des architectes les plus reconnus et dont on parle le plus dans le monde entier. Il figure parmi une poignée d'architectes dont les projets largement connus ramènent l'architecture dans la conversation des gens ordinaires. Le siècle s'est achevé sur la sélection du musée Guggenheim de Bilbao (Espagne), dessiné par Gehry, comme « bâtiment du siècle ».

C'est ce projet qui est à l'origine de ce qu'on a appelé « l'effet Bilbao ». Il a remporté tellement de succès auprès du public que les touristes et les amateurs d'architecture ont envahi la petite ville de Bilbao pour venir admirer la réalisation de Gehry. Le Guggenheim de Bilbao est le parfait exemple de l'impact du choix d'un architecte connu, tel que Gehry, pour la conception d'un immeuble; il peut attirer les visiteurs par milliers, d'où le terme d'effet Bilbao. Musées et autres institutions culturelles et publiques partout dans le monde ont suivi cet exemple, dans l'espoir de connaître le même succès que le Guggenheim.

Gehry conçoit et dirige lui-même tous les projets entrepris par la firme Gehry Partners, fondée en 1962 et située à Los Angeles. À la fin des années 1950 et 1960 - les premières années de sa carrière - son travail est bien planifié et affiche une élégance telle que ceux qui connaissent ses réalisations attribuent à leur auteur un réel talent. Ce n'est que dans les années 1970 qu'il commence à faire éclater l'espace cubique et, à la fin de la décennie, il s'aventure dans un territoire totalement inconnu par le biais d'une expérience architecturale : son propre petit bungalow rose de Santa Monica qui devient un laboratoire dans lequel il peut tout essayer, ce qu'il fait d'ailleurs. Gehry déplace les murs, en ajoute de nouveaux, mettant le regard au défi de savoir lesquels sont les vieux ou les nouveaux, et de distinguer l'intérieur de l'extérieur. Il utilise des matériaux courants tels que des clôtures à mailles métalliques comme éléments architecturaux, une innovation qui est rapidement associée à son travail. Depuis lors, il a renversé de nombreux obstacles à la libre expression architecturale. Après 1989, les ordinateurs et les logiciels spécialisés lui donnent la liberté tant attendue de créer des façons toujours plus inventives de délimiter l'espace.

Encore aujourd'hui, Gehry continue à utiliser le processus de conception qu'il a expérimenté pendant la rénovation de sa propre maison. Pour lui, il s'agit de tout voir d'un œil nouveau, de découvrir dans ce que vous avez regardé jusqu'ici comme étant ordinaire, tout son potentiel de devenir extraordinaire. Ce qu'on considère comme la signature de Gehry, c'est son style qui allie son intérêt pour la matérialité et les formes expressives. Les bâtiments ainsi créés sont habituellement composés de volumes discontinus modelés par des toits curvilignes qui ondulent librement. Il utilise souvent les panneaux de métal, en acier inoxydable ou en titane, en tant que placage. Il en résulte une collection d'édifices qui ne ressemblent plus à la conception historique de l'architecture. Certaines structures semblent même défier les lois de la gravité et la capacité humaine de former des structures.

Son œuvre a valu à Gehry de remporter plusieurs des principales récompenses en architecture. En 1977, il reçoit le prix commémoratif Arnold W. Brunner en architecture de l'American Academy of Arts and Letters. En 1989, il reçoit le prix Pritzker pour l'architecture - probablement la plus haute reconnaissance dans cette discipline - qui souligne les « contributions marquantes apportées à l'humanité et à l'environnement bâti grâce à l'architecture en tant qu'art ». Parmi les autres prix qu'il reçoit, mentionnons la médaille d'or de l'American Institute of Architects, la médaille d'or du Royal Institute of British Architects, le Prix d'excellence pour l'ensemble de ses réalisations de l'organisme Americans for the Arts et la médaille d'or pour l'architecture de l'American Academy of Arts and Letters. Gehry est nommé « fellow » de l'American Academy of Arts and Letters en 1987, administrateur de l'American Academy à Rome en 1989, et « fellow » de l'American Academy of Arts and Sciences en 1991.

En 1982, 1985, de même qu'entre 1987 et 1989, Gehry occupe la chaire d'architecture Charlotte Davenport de l'Université de Yale et, en 1984, la chaire Eliot Noyes à l'Université de Harvard. En 1996-1997, il est chercheur invité de l'Institut fédéral suisse de technologie, à Zurich. En 1974, il est élu membre de l'American Institute of Architects (AIA). Ses réalisations lui ont permis de remporter plus de cent récompenses, tant nationales que régionales.

Les travaux de la firme Gehry Partners ont fait l'objet de nombreux articles de journaux ou magazines nationaux et internationaux et ils ont été exposés dans les grands musées du monde entier. L'œuvre de Gehry a été commentée dans les principales publications d'architecture et dans les revues spécialisées nationales et internationales. Ses dessins d'architecture et ses maquettes ont été exposés dans des musées de premier plan, partout dans le monde. Ses premières réalisations pour le Canada ont été la vinerie Le Clos Jordanne de Niagara (Ont.) et l'agrandissement du Musée des beaux-arts de l'Ontario, à Toronto.

Plus que tout autre architecte de sa génération, Frank Gehry est un pionnier dont la vision va au-delà des règles et contraintes esthétiques et techniques généralement respectées de l'architecture du XXe siècle.