Le Comité international de la Croix-Rouge est une institution indépendante reconnue par le droit international (en octobre 1986, l'organisme a officiellement changé de nom pour devenir le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge). On dénombre 175 sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge reconnues. La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant Rouge, anciennement appelée la Ligue des sociétés de la Croix-Rouge, établie en 1919, coordonne les efforts de secours dans les zones sinistrées. Le mouvement mondial de la Croix-Rouge a été lancé à Genève, en Suisse, par Henri Dunant, qui avait organisé des secours pour venir en aide aux blessés de la bataille de Solferino (1859). Dunant relate le carnage dont il a été témoin dans un livre qui fait sensation dans le monde entier. Son oeuvre donne lieu à la signature de la première Convention de Genève (1864), qui stipule la neutralité du personnel médical dans les conflits armés et décrète que les blessés doivent être traités de façon humaine. Il partage le premier prix Nobel de la paix en 1901. On adopte le célèbre symbole de la croix rouge (l'inverse du drapeau suisse) pour faire reconnaître les travailleurs humanitaires et assurer leur sécurité. Le drapeau, qui appartient à la Metropolitan Toronto Library, se trouve maintenant au bureau national de la Croix-Rouge canadienne, à Ottawa.

Au Canada, le fondateur du mouvement de la Croix-Rouge est George Sterling Ryerson. Il accompagne la milice dépêchée en 1885 pour écraser la RÉBELLION DU NORD-OUEST et utilise une croix rouge de fortune afin de protéger son ambulance tirée par des chevaux. Ce drapeau, aujourd'hui à la Metropolitan Toronto Library, est hissé durant la bataille de BATOCHE (du 9 au 12 mai 1885). En 1896, Ryerson organise à Toronto une section canadienne de la Société de la Croix-Rouge, qui recueille des fonds pour secourir les combattants de la GUERRE HISPANO-AMÉRICAINE en 1898 et distribue, en 1899, des fournitures médicales pendant la GUERRE DES BOERS.

En 1909, le gouvernement fédéral adopte la Loi constituant en corporation la Canadian Red Cross Society, qui institue l'organisme en tant qu'entité juridique responsable de fournir l'aide bénévole au Canada, conformément à la Convention de Genève. Au cours de la Première Guerre mondiale, la Société collecte un fonds de secours de 35 millions de dollars et expédie des ravitaillements outre-mer, elle gère cinq hôpitaux en Angleterre et un autre en France, et fournit des baraques récréatives et des convois d'ambulances. Après la guerre, elle établit des hôpitaux dans des régions isolées et, en 1927, le Comité international reconnaît la Croix-Rouge canadienne comme une société nationale indépendante. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, la Société fournit des services bénévoles et 80 millions de dollars en argent et en biens. Par la suite, elle offre des services aux vétérans et des services outre-mer aux orphelins et aux réfugiés.

La Croix-Rouge canadienne supervise divers programmes, dont le service de sécurité nautique, qui forme des instructeurs pour qu'ils appliquent le programme partout au Canada. Des bénévoles offrent des services de transport et des équipements récréatifs aux vétérans, aux patients en consultation externe ainsi qu'aux personnes âgées et aux personnes handicapées.

Jusqu'à 1998, la Croix-Rouge canadienne supervise aussi le Service des transfusions sanguines (établi en 1947, plus tard les services transfusionnels), qui accepte le sang de plus d'un million de donneurs chaque année. Après la crise liée à la collecte de sang des années 90, pendant laquelle on découvre que du sang et des produits sanguins ont été contaminés par le virus de l'immunodéficience humaine et par l'hépatite C (voir enquête KREVER), cette charge est reprise par la Société canadienne du sang.

La Croix-Rouge canadienne comprend 4 zones - l'Ouest, l'Ontario, le Québec et l'Atlantique - et 428 directions générales, et son siège social se trouve à Ottawa.