Alliance du jour du Seigneur

L'Alliance du jour du Seigneur, organisme laïque fondé en 1888 sous l'égide de l'Église presbytérienne (voirÉGLISES PRESBYTÉRIENNES ET RÉFORMÉES) et appuyé par les autres Églises protestantes (devenu en 1982 l'Alliance canadienne du jour du Seigneur), a pour but de lutter contre la sécularisation croissante du dimanche. Dans les débuts de l'industrialisation et de l'urbanisation du Canada, le dimanche est ordinairement le seul jour de repos; la question est de savoir si c'est un jour saint ou un jour de congé. Les Églises font face à une concurrence plus vive, car leurs ouailles sont sollicitées par d'autres activités que leurs offices : des industries comme celle des chemins de fer exigent que leurs employés travaillent le dimanche, mais surtout, de nouveaux loisirs s'offrent aux gens. Les progrès technologiques comme les systèmes électriques de transport urbain augmentent la mobilité des gens et leur permet de s'échapper des villes. Les loisirs commerciaux comme les manifestations sportives, les bars laitiers et les cinémas sont également attirants. Bon nombre de Canadiens semblent portés à traiter le dimanche à la fois comme un jour de religion et de récréation.

L'alliance est l'un des groupes de pression les plus efficaces du début du XXe siècle. Il obtient l'appui déterminant de la hiérarchie catholique canadienne-française et, grâce à la promesse d'une loi garantissant le jour de repos hebdomadaire, celui des organisations syndicales. En 1906, le concours de ces forces et les techniques perfectionnées de lobbying de l'Alliance persuadent le premier ministre sir Wilfrid LAURIER de déposer la Loi du dimanche. Malgré la forte opposition du secteur du transport et de l'industrie manufacturière, ainsi que d'une partie du Canada français, la loi est adoptée en mars 1907; elle impose des restrictions au commerce, au travail et aux loisirs le dimanche.

L'Alliance s'efforce ensuite de faire appliquer la loi. Cette dernière prévoyant que chaque poursuite doit être autorisée par une province, l'Alliance lutte sur beaucoup de fronts avec tantôt plus, tantôt moins de succès. La question du magasinage le dimanche est encore vivement débattue aujourd'hui et suscite l'opposition concertée des syndicats, des détaillants, des Églises et de l'Alliance du jour du Seigneur. La pratique d'activités de loisirs le dimanche au Canada a certainement fait échouer le principal objectif de l'association; le dimanche est surtout un jour de congé et n'est un jour saint que de façon secondaire.

Voir aussiOUVERTURE DES MAGASINS LE DIMANCHE.